Prosphora – ce que c’est et pourquoi: l’essence du pain

Le contenu de l’article



La prosphore est un régal important pour l’église, dont l’utilisation dans l’église est traitée avec une attention particulière. En fait, ce sont des pains sans levain sur de l’eau bénite, de la farine de blé, qui pour certains paroissiens deviennent une source de sainteté. En réalité, il est nécessaire de savoir exactement ce qu’est une prosphore, afin qu’un jour dans le temple, on ne se retrouve pas dans une situation délicate. Ce sujet nécessite une attention particulière parmi les masses..

Qu’est-ce que la prosphore dans l’église orthodoxe

La prosphore traduite de la langue grecque signifie «offrandes», a pris sa forte position dans la religion orthodoxe. En fait, c’est une miche de farine de blé, dont les principaux ingrédients sont la levure, l’eau bénite, le sel. Ces pâtisseries fraîches selon les lois de l’Église orthodoxe symbolisent l’union de l’essence divine et humaine en Jésus-Christ. Il est nécessaire de savoir ce qu’est une prosphore et pourquoi elle est goûtée en orthodoxie, afin de ne pas montrer au prêtre son propre manque d’éducation dans les affaires de l’église.

Aspect et goût

Tous les croyants ne savent pas avec certitude que la prosphore symbolise le pain de la Dernière Cène, que Jésus-Christ a partagé entre les disciples. Extérieurement, c’est un petit cookie rond, sur le dessus duquel vous pouvez voir une croix avec des côtés égaux et des lettres dans les coins: IS XI NI KA. Une telle inscription a également sa propre signification et son propre décodage, et se traduit par «Jésus-Christ conquiert». Une prosphore est un sceau de l’image du Seigneur, qui peut rarement moisir, se dessécher, devenir inutilisable.

Apparence

Espèce

Avant d’utiliser un tel pain dans l’église, il est important de connaître son but et toutes les variétés existantes. Selon les lois de l’église, la classification est la suivante:

  1. Mère de Dieu prosphora. Il s’agit d’un grand pain de forme triangulaire, qui porte l’inscription « Marie » ou « Sainte Mère de Dieu ». Il est mis sur un plat spécial avec l’agneau et est utilisé principalement lors des fêtes religieuses..
  2. Agneau. Il s’agit d’un grand pain cubique qui, au cours de la liturgie, devient le véritable corps de Jésus-Christ. Extérieurement, la prosphore est équipée d’une croix, à partir de laquelle un agneau est coupé avec un couteau spécial. La portion inutilisée du pain, appelée antidor, après que le service a été distribué gratuitement aux paroissiens.
  3. Multiplié par neuf. De l’empreinte d’une telle variété, 9 particules sont retirées, qui sont dédiées à tous les saints. Il est nécessaire de l’utiliser pour Jean-Baptiste, Joachim et Anna, les prophètes, les saints, les apôtres, l’archidiacre Stephen et les martyrs, les désintéressés, Méthode et Cyrille, le prince Vladimir, tous les saints. Dédié au saint auteur de la liturgie, par exemple, Jean Chrysostome ou Basile le Grand.
  4. Accablant. Le pain sacré est divisé en deux parties symétriques, mangé pour tous les participants à la liturgie après le service dans l’église.
  5. Funérailles. Pour un tel cas, une seule particule est prélevée dans la partie supérieure de la prosphore, qui doit être mangée pour tous les morts et les morts. Vous ne pouvez pas faire cela dans le cimetière après les funérailles et l’enterrement du nouveau serviteur de Dieu, il est strictement interdit de faire tomber le pain sur les tombes.

Accablant

Artos et Antidor en orthodoxie

En étudiant les variétés de prosphore, il convient de souligner un concept d’église comme «arthos». C’est le mot grec « arto », qui se traduit littéralement par « pain au levain ». Alors, qu’est-ce que l’arthos et pourquoi ce concept est-il important dans la religion orthodoxe? Une telle prosphore est placée devant l’autel pendant la semaine de la lumière de Pâques, en même temps qu’elle est consacrée pour Pâques, et elle est partagée et distribuée aux croyants le samedi de la semaine lumineuse. Un tel pain doit être conservé à la maison et mangé, si un croyant rattrape soudainement la maladie, il tombe malade.

Artos

Antidor (traduit par «au lieu de la Sainte-Cène») est une portion de pain non utilisée qui, après la fin de la liturgie, est distribuée à tous les paroissiens. Du point de vue du christianisme, c’est le souvenir de la souffrance du Christ sur la croix. Par conséquent, il est nécessaire d’utiliser soigneusement et soigneusement un antidor. Il est important de préciser qu’une telle portion du pain sacré n’est pas censée être donnée à des personnes non baptisées. Si arthos est un symbole de la résurrection du Christ et un rappel de sa présence sur terre, mais l’antidor est la mémoire éternelle de sa souffrance pour les péchés humains.

Antidor et l'agneau

Comment manger la prosphore à la maison et la conserver

Ce pain liturgique liturgique est censé être consommé uniquement à l’occasion, de sorte que la prosphore ne devrait pas faire partie du régime alimentaire habituel des paroissiens. Il est nécessaire de stocker le pain à l’autel de l’église ou à la maison des icônes sacrées. Il est nécessaire d’utiliser lentement la prosphore à l’intérieur, en mâchant chaque miette de manière qualitative. Si après le repas il y a des miettes, il faut les ramasser, manger aussi. D’autres règles d’utilisation et de stockage de ce pain sacré sont présentées ci-dessous:

  1. Il est important de ne pas jurer et de ne pas jurer, si sur la table il y a du prosvira ou de la prosphore. Un silence complet et une conquête spirituelle sont nécessaires..
  2. Les petits pains ne doivent pas rester sur la table; après avoir mangé, ils doivent être soigneusement pliés dans un sac spécial.
  3. Il est permis d’utiliser le pain sacré à l’intérieur seulement après l’adoption de la foi orthodoxe et la fin des activités de Dieu.
  4. Vous pouvez ramener du prosforin à la maison et l’utiliser uniquement après une prière ardente avec des pensées pures et toujours l’estomac vide.
  5. Un tel repas favorise les bonnes actions, aide à ressentir la sainteté spirituelle et la légèreté, permet à une personne de commencer une nouvelle vie dans la bonne façon de penser..

Fille a mis un doigt sur ses lèvres

Quand il y a une prosphore

La prosphore, comme le pain sacré, sanctifie celui qui les mange. Ces petits pains doivent être conservés dans des boîtes spéciales, il est conseillé de ne pas les retirer des icônes, mais de les utiliser principalement à jeun. Si une femme a ses règles, il est important de se rappeler que pendant les jours critiques, il vaut mieux qu’elle ne se présente pas du tout à l’église et, surtout, qu’elle n’utilise pas ce pain sacré. La même restriction s’applique au Vendredi Saint, lorsqu’il n’est pas non plus souhaitable de sanctifier votre propre corps. Voici d’autres règles pour la bonne utilisation de cet ingrédient d’église:

  1. Il est important de ne pas mélanger l’utilisation de la purée sacrée avec d’autres plats pendant le repas principal.
  2. Avant de mettre un morceau dans votre bouche et d’en faire l’expérience lentement, vous devez prier avec ferveur.
  3. Avant de manger un tel pain, après avoir servi dans l’église, il est nécessaire de poser une nappe propre et blanche comme neige sur la table, de verser environ trois gorgées d’eau bénite dans un verre.
  4. Lors de l’utilisation, il est important d’être particulièrement vigilant afin qu’aucune miette ne reste au sol.
  5. Après avoir mâché la prosphore, vous devez boire environ trois gorgées d’eau bénite et ne pas vous étouffer.

Un prêtre coupe la prosphore

Si la prosphore est sèche ou moisie

Le lait ne peut pas aller mal – pour moisir et aigre. La seule chose qu’une prosphore peut faire dans une église est de sécher. Dans ce cas, il n’est pas recommandé de l’utiliser et il est peu probable qu’il réussisse. Mais le jeter dans l’urne est également strictement interdit. Pour disposer correctement de la bride, vous devez:

  • pain d’agneau brûlant;
  • creuser dans la terre humide;
  • direction de l’eau courante.

De nombreux paroissiens exemplaires préfèrent le porter à l’église et le donner aux ministres pour une élimination plus approfondie. C’est une bonne option, car le temple sait quoi faire si la nourriture s’asséchait soudainement et devenait finalement sans valeur. Rien n’est difficile, d’autant plus que laisser un tel plat gâté et inutilisable dans la maison est également déconseillé.

Flétri et moisi dans un sac

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité