La crise de l’architecture moderne

Souvent, le concept d ‘ »architecture » est mentionné en relation avec l’apparence extérieure d’un bâtiment ou, en général, en relation avec le paysage d’une colonie, par exemple, « l’architecture de la ville de N. laissait beaucoup à désirer », mais initialement le mot « architecture » ne signifiait que le processus de conception et de construction des bâtiments, et impliquait la présence d’un élément esthétique.

La crise de l'architecture moderne
Stuart Davis. Composition 1863 (Usine au bord de la mer). 1932

L’influence de l’architecture sur la formation de l’apparence des villes et villages de la planète, ainsi que la culture du goût et même le développement spirituel de l’humanité ne doit en aucun cas être sous-estimée, car ce sont les créations de nos propres mains – bâtiments résidentiels, bâtiments industriels – qui nous entourent toujours et partout..

En venant dans une ville inconnue, nous prêtons tout d’abord attention à son architecture et par elle nous jugeons le niveau culturel du pays dans son ensemble, nous familiarisons avec les coutumes, les traditions et les coutumes des résidents locaux. Et, vous devez l’admettre, il est beaucoup plus agréable d’admirer les colonnes élancées et les façades d’origine que les panneaux gris standard d’un microdistrict typique.!

L’architecture est un véritable art, l’art de créer des bâtiments selon les lois de la beauté, la formation d’un environnement attractif.

Une belle maison peut vous remonter le moral et même améliorer votre bien-être, et de nombreux bâtiments deviennent de véritables symboles de leur époque et la principale, souvent la seule décoration de la ville..

Pendant ce temps, l’architecture moderne soulève de nombreuses plaintes non seulement de la part de spécialistes, mais principalement de citoyens ordinaires, se plaignant de la monotonie des bâtiments, de la planification incommode, du désir de simplifier autant que possible, ou, au contraire, d ‘ »exagérer » les avantages inexistants de tout bâtiment ultramoderne.

Quelle est la raison de l’émergence du phénomène appelé «crise de l’architecture moderne»?

Styles architecturaux – De la Grèce antique au XXe siècle

Avant d’essayer de savoir ce qui se passe au stade actuel du développement de l’architecture, il convient de toucher au développement des principaux styles les plus célèbres des siècles passés, car c’est sur leur base, sous leur influence, que la formation du paysage urbain d’aujourd’hui a lieu (ou du moins devrait avoir lieu).

Architecture antique– originaire du 1er millénaire avant JC, se distinguait par des formes précises, claires et symétriques, les techniques les plus courantes sont l’ordre et les colonnes. ?

Parthénon, Acropole, Athènes
Parthénon, Acropole, Athènes

Style romain– laconique, lié à l’environnement, s’est répandu en Europe des X-XII siècles.

Chapelle des pécheurs pénitents à Beaulieu-sur-Dordogne
Chapelle des pécheurs pénitents à Beaulieu-sur-Dordogne

style gothique– développé du 13ème au 16ème siècle, caractérisé comme « terriblement majestueux ».

Cathédrale de Chartres ou cathédrale Notre-Dame de Chartres
Cathédrale de Chartres ou cathédrale Notre-Dame de Chartres

Architecture de la Renaissance– la période du 15ème au 17ème siècle, il y avait des styles « personnalisés » de maîtres célèbres, pris beaucoup de l’antiquité.

Basilique Saint-Pierre de Rome
Basilique Saint-Pierre de Rome

Baroque– « fantasque, étrange », caractérisé par un grand nombre de détails, une décoration et un jeu de formes et de contrastes.

Palais royal de Madrid
Palais royal de Madrid

Parlant du style baroque, on ne peut manquer de mentionner son influence sur l’apparence de Moscou et de Saint-Pétersbourg, mettre en évidence des directions telles que « l’ornementation russe » – la prétention européenne des façades quelque peu adaptées aux traditions de l’architecture russe, « Petrine Baroque » – le style de construction de la capitale du Nord approuvé par Pierre le Grand, ainsi que le « baroque russe mature » sous le règne d’Elizabeth.

Kunstkamera, Saint-Pétersbourg
Kunstkamera, Saint-Pétersbourg

Rococo– ses principales caractéristiques: chapiteaux, balustrades et balustres flirty, absence presque complète de lignes droites, a été appelé « baroque artistique ».

Amalienburg près de Munich
Amalienburg près de Munich

Classicisme– un retour aux origines – une architecture ancienne, austère et sobre, qui a surgi comme une alternative au baroque et rococo trop extravagants. Le fondateur de ce style était le maître vénitien Palladio, le classicisme est devenu populaire dans le monde entier et est resté la tendance dominante de l’architecture jusqu’au début du 19ème siècle.

Théâtre Bolchoï, Moscou
Théâtre Bolchoï, Moscou

Le classicisme s’est développé dans des directions telles que l’Empire – style impérial, a connu une renaissance dans les années 30 en Union soviétique, où il a été nommé « classicisme stalinien ». C’est dans ce style que furent construits les «gratte-ciel staliniens» qui ornent encore aujourd’hui le paysage de Moscou..

En principe, le classicisme stalinien peut être appelé le dernier style d’architecture apparu en Russie. Après cela, nos villes « survivront » à l’invasion de « Khrouchtchev », « Brejnev » et aux emprunts modernes des tendances architecturales occidentales.

Maison sur la place Kudrinskaya, la construction a commencé en 1948
Maison sur la place Kudrinskaya, la construction a commencé en 1948

Éclectisme– un mélange de styles, populaire au milieu et à la fin du 19e siècle.

Maison de Sébastyanov
La maison Sevastyanov ou la maison des syndicats à Ekaterinbourg, un mélange de classicisme et de néo-gothique italien

Moderne– dans ce style, des matériaux qui n’étaient pas utilisés auparavant dans l’architecture – le métal et le verre – ont trouvé leur application, les constructeurs ont commencé à utiliser le béton. Ce style, souvent appelé Art Nouveau, se caractérise par le rejet des lignes droites, un retour aux formes naturelles et naturelles. L’influence de l’Art nouveau est perceptible dans la formation de l’apparence de Saint-Pétersbourg et de Moscou. Par exemple, la gare de Yaroslavsky et l’hôtel Metropol à Moscou ont été construits dans ce style..

Maison de la compagnie Singer à Saint-Pétersbourg
Maison de la compagnie Singer à Saint-Pétersbourg, 1904

Tendances architecturales modernes

Déjà dans l’Art nouveau, dont le nom est traduit par «nouveau», «moderne», des caractéristiques devenues typiques de l’époque actuelle sont apparues – simplification des formes, approche rationnelle et fonctionnelle de la planification interne du bâtiment, utilisation uniquement de matériaux modernes, la soi-disant «lutte contre excès « .

Tous les styles d’architecture ultérieurs, qui se sont répandus au XXe siècle, ont continué les traditions de ce parti pris pour le rationalisme, l’utilisation la plus efficace de l’espace et le rejet de la décorativité et des ornements en faveur de l’opportunisme. De plus, souvent même la sécurité des bâtiments était considérée comme un excès – pourquoi construire quelque chose de fiable, si vous pouvez économiser de l’argent et rendre les murs plus fins et que le plafond est plus bas?

Probablement, seuls nos descendants pourront évaluer objectivement les avantages et les inconvénients des styles modernes, qui devront se familiariser avec le patrimoine, comme nous, en étudiant les monuments architecturaux. Nous ne pouvons que tenter de mettre en évidence certaines tendances modernes de l’architecture, bonnes ou laides.

Modernisme. Du début du 20e siècle aux années 80 du siècle dernier, le style le plus courant était justement le modernisme, c’est aussi le rationalisme et le constructivisme. Cette direction de la conception et de la construction des bâtiments est caractérisée par l’utilisation de matériaux modernes – acier, verre durable, béton, plastique – en combinaison avec la pierre et le bois traditionnels.

Fait intéressant, ce style est de nature internationale – les bâtiments émergents à plusieurs étages à Paris, Londres et New York sont très similaires. Le modernisme est le mieux caractérisé par l’expression «prismes de verre et de béton», des bâtiments ultra-modernes, dépourvus d’attributs de l’architecture d’antan tels que colonnes, commandes et autres éléments de conception extérieure.

Bâtiment du Bauhaus à Dessau
Bâtiment du Bauhaus à Dessau, Allemagne, 1926, après rénovation achevée en 2006

Constructivisme. En URSS, la tendance la plus répandue du modernisme est le constructivisme. C’est dans ce style que la plupart des bâtiments publics ont été érigés dans les années 30 et 40 du siècle dernier: palais des pionniers, maisons de la culture, clubs ouvriers. C’est la direction dite « prolétarienne » de l’architecture, conçue pour servir non pas à décorer la ville, mais à l’aménagement rationnel de l’espace.

La base du constructivisme est un cadre en béton armé, des formes claires et strictes, une planification rationnelle.

Le constructivisme tardif ou mature, qui ne possède pas les formes monolithiques de son prédécesseur, est généralement appelé fonctionnalisme, qui s’est répandu en Europe, tandis que le constructivisme est resté l’apanage de la Russie soviétique..

Derzhprom, Kharkov
Derzhprom, Kharkov, 1928

Minimalisme.Dans les années 40 du 20e siècle, une direction encore plus restreinte de l’architecture a été développée – le minimalisme, dont la devise était – « rien de plus ».

Formes simples et géométrie de lignes claires, évitement des embellissements et la moindre touche de décor – tout cela est minimalisme. On pense que les racines de ce style remontent à la tradition de l’intérieur japonais – un minimum de détails, une abondance de lumière, de grandes fenêtres sur tout le mur et une disposition rationnelle. Les maisons minimalistes sont généralement neutres, souvent construites à partir de matériaux naturels, mais l’acier et le verre restent les favoris..

Le minimalisme a donné de nombreux exemples de conception réussie, si les architectes suivent le principe de l’architecte américano-allemand Ludwig Mies van der Rohe – « moins c’est plus », c’est-à-dire qu’ils refusent les détails inutiles au profit de matériaux de haute qualité et de formes réfléchies, les bâtiments se révèlent inhabituels, fonctionnels et en même temps assez bon marché.

Un bon exemple de minimalisme est l’intérieur japonais, il existe des projets originaux de bâtiments privés dans ce style qui s’intègrent parfaitement dans le paysage environnant, réfléchis, stricts et en même temps beaux.

Maison privée de style minimaliste
Maison privée de style minimaliste, Kiev

Cependant, lorsque le minimalisme devient particulièrement austère, lorsqu’un bâtiment se transforme simplement en une boîte sans aucune individualité, cela semble au moins étrange, et le plus souvent c’est tout simplement horrible..

Maison dans le style du minimalisme strict
Maison dans le style du minimalisme strict, Tokyo

Si nous essayons de définir le style de nos «Khrouchtchev», alors le minimalisme a clairement eu son influence sur la conception de ces bâtiments simplifiés au maximum. Bien que les experts se réfèrent aux «Khrouchtchev» à une architecture fonctionnelle typique, mais un rejet complet de la décoration et «la lutte contre les excès», si prononcés dans la disposition et l’apparence des bâtiments construits au milieu du XXe siècle, fait clairement écho au minimalisme.

En effet, lorsque le constructivisme des années 30 et les bâtiments monumentaux staliniens ont été remplacés, le soi-disant «classicisme stalinien» a été remplacé par la forme la plus simplifiée et sans visage des bâtiments de cinq étages de la fin des années 50, autrement que le désir d’amener un immeuble résidentiel à l’État – quatre murs et un toit – appelez-le c’était impossible. Ce minimalisme n’est-il pas en action? Cependant, le deuxième slogan des minimalistes – «moins c’est mieux» – ne nous permet toujours pas d’appeler avec confiance les «Khrouchtchev» les représentants de cette tendance.

Haute technologie. La devise de ce style de haute technologie était le principe – « la maison est une voiture pour vivre ». Métal et verre, design ascétique, structures industrielles ultra-modernes, grandes formes monolithiques – telles sont les principales caractéristiques du style high-tech..

La haute technologie se caractérise également par l’idéalisation de la technologie, le désir de faire de la maison la plus rationnelle et, à l’avenir, une structure autonome et économe en énergie. La haute technologie industrielle se démarque – « whatnots », des bâtiments dans lesquels des éléments habituellement cachés à l’intérieur, tels que des escaliers ou des ascenseurs, sont amenés à la façade. Geometric high-tech est un système de cadre complexe utilisant des éléments structurels de pointe, par exemple, lié à un système de cadre complexe utilisant les derniers éléments structurels, tels que des structures pneumatiques à air ou à air. Ainsi que la haute technologie bionique – l’utilisation de formes de nature vivante, telles que des membranes, des torons d’acier flexibles, des structures suspendues dans l’architecture.

Siège social de Fuji TV
Siège de Fuji TV, Japon

High-tech bio-tech ou bionique– la tendance la plus moderne dans ce style, une technologie qui tente de «vivre en harmonie» avec la nature. C’est dans cette direction que les bâtiments les plus réussis (de mon point de vue) ont été créés, par exemple le Milwaukee Art Museum, l’architecte Santiago Calatrava.

Musée d'art de Milwaukee
Musée d’art de Milwaukee, 2001

Déconstructivisme. Formes brisées, agressivité, volonté de s’opposer au paysage environnant sont des traits typiques du déconstructivisme, qui est apparu en opposition au constructivisme soviétique.

Heureusement, ce style, apparu dans les années 80, ne s’est pas généralisé, mais a laissé plusieurs bâtiments très lumineux.

Centre de données MIT
Centre de données MIT

Musée Guggenheim au centre de Bilbao, 1997
Musée Guggenheim au centre de Bilbao, 1997

Brutalisme. Un autre style d’architecture qui prône un rejet complet de la décoration, révélant la forme des matériaux et des structures. Il n’est pas surprenant que cette direction reçoive un tel nom «parlant» – de l’anglais «brutal», c’est-à-dire «rugueux».

Le matériau prédominant des bâtiments dans le style du brutalisme est le béton armé, et non traité, le soi-disant «matériau honnête». Cette tendance a connu une période de popularité assez courte au 20e siècle et, à la fin du siècle, elle est devenue le symbole d’une approche infructueuse de la conception des bâtiments urbains..

Hôtel de ville de Boston
Boston City Hall, Boston, Massachusetts, États-Unis, 1981

À propos, des bâtiments dans le style du brutalisme se trouvent en URSS, en particulier, l’architecte Igor Vinogradsky a travaillé dans ce style, qui a conçu le bâtiment du centre de presse pour les Jeux olympiques de 1980..

Kitsch. Traduit de l’allemand, le kitsch est hack, « cheap », mauvais goût. Souvent, les architectes se tournent délibérément vers la « saillie » de certaines caractéristiques du bâtiment, créant des chefs-d’œuvre tels que « Egg House » ou « Upside Down House ». Les designers et architectes célèbres se moquent souvent de la culture moderne de cette manière, montrant à quel point la splendeur ostentatoire et l’utilisation du stuc ou du papier mâché sont loin d’être un véritable art..

Cependant, souvent les créateurs d’un bâtiment ou d’un intérieur ne se rendent même pas compte que leur maison, qui devait être construite dans le style du classicisme ou du baroque russe, est devenue un véritable kitsch..

À propos, le kitsch a déjà connu plusieurs hauts et bas – il est toujours à portée de main lorsque l’ancienne direction généralement acceptée est déjà fatiguée et que rien de nouveau n’a encore été inventé. En URSS, par exemple, le kitsch est apparu dans les années d’après-guerre comme un contrepoids à la monumentalité et à la rigueur soviétiques..

De nos jours, les bâtiments de la soi-disant «période Lougansk» sont souvent qualifiés de «kitsch», caractérisés par un large éventail de styles et de tentatives (généralement infructueuses) pour raviver le romantisme, le classicisme ou le «modèle russe»..

En général, le kitsch est un concept aux multiples facettes qui capte l’essentiel de la culture de masse et ne se réfère pas uniquement à l’architecture. Comme on dit, le style est une question de goût, et le bâtiment, que certains qualifieront de classique et de chef-d’œuvre, semblera à d’autres un véritable exemple de kitsch « flashy ».

Comme vous pouvez le voir, tous les styles architecturaux modernes ont suivi la voie de la simplification, du rejet des détails « inutiles », et pourtant il existe toute une science appelée « écologie vidéo », qui a prouvé de manière convaincante que si vous ne voyez que des façades vierges de bâtiments en béton, asphalte, bouts nus tous les jours les tours à plusieurs étages ou le scintillement des gratte-ciel en verre, cela affecte négativement le bien-être d’une personne.

Les vidéoécologues ont qualifié un grand nombre d’éléments répétitifs d’environnement agressif, confirmant que l’expression «ébloui dans les yeux» n’a pas seulement une signification figurative, mais aussi une signification directe. Parmi les bâtiments, rues et places les plus agressifs de Moscou, les experts ont attribué les bâtiments du Conseil de la Fédération, qui évoque la sensation d’un «gilet» avec ses motifs rustiques identiques, Novy Arbat et Oktyabrskaya Square.

Place d'octobre à Moscou
Place d’octobre à Moscou

Quelle est la raison d’une telle «stupeur» architecturale, le manque d’idées nouvelles et attrayantes qui pourraient changer l’apparence des villes?

Premièrement, la rupture, la séparation de deux processus jusqu’alors inextricablement liés – la conception et la construction, a eu un grand impact. Or, un architecte n’est pas un créateur, mais juste un artiste ordinaire à qui on a ordonné de concevoir un bâtiment avec telle ou telle superficie, tel ou tel nombre de pièces, etc. Dans le même temps, en créant un projet pour une future maison, l’architecte est guidé par des règles, des normes, des normes qui prennent en compte tout – l’éclairage, la ventilation, la sécurité, mais pas l’attractivité du bâtiment..

Deuxièmement, même plusieurs personnes peuvent participer à la création du projet lui-même. Par exemple, un architecte et constructeur, un architecte et un designer. Une personne ne sent plus que ce bâtiment particulier devient sa création, ne se sent pas responsable de ce qu’elle a créé.

Troisièmement, maintenant la structure du bâtiment n’est souvent pas combinée avec sa «tenue», ne correspond à aucun style architectural.

Quatrièmement, et, apparemment, c’est l’une des principales raisons, un nouveau bâtiment moderne, à de rares exceptions près, n’est pas une maison, c’est un «objet de construction», un «objet de conception technique», un petit puzzle dans l’image globale du paysage de la ville, l’un des nombreux, rien bâtiments non importants.

En résumé, je voudrais admettre tristement que, à bien des égards, nous sommes responsables de cet état plutôt déplorable de nos villes. Les acheteurs de maisons ordinaires n’ont tout simplement pas assez d’argent pour payer un architecte talentueux capable de proposer une solution originale, tandis que d’autres ne peuvent tout simplement pas décider exactement à quoi devrait ressembler une maison idéale, exigeant seulement «plus spacieuse» ou «bien, comme ici dans le magazine».

Peut-être que le rythme même de la vie moderne, l’incertitude sur l’avenir et l’instabilité forment le concept du logement comme quelque chose de temporaire?

Nos ancêtres ont vraiment construit pendant des siècles, ne doutant pas que leurs créations leur survivront et serviront les générations de descendants. Cependant, les nouveaux bâtiments modernes ont initialement une limite d’utilisation fixe. Et, bien que, comme le dit le proverbe, « il n’y a rien de plus permanent que temporaire », ce qui a déjà été prouvé par les « Khrouchtchev », qui ont été construits avec un maximum de 20 ans à l’esprit et ont tenu avec confiance 3 fois plus longtemps, mais cette attitude envers l’architecture ne pouvait qu’affecter l’extérieur. l’apparence des bâtiments. Oui, et la situation de plus en plus répandue lorsqu’une famille ne vit pas seule, mais dans un appartement ou une maison louée n’améliore en rien la situation, car – « pas la vôtre – ça ne me dérange pas ».

De plus, la recherche de la nouveauté et l’accent mis sur la technologie conduisent également au fait qu’entre le plastique et le bois, le béton et la pierre naturelle, beaucoup de gens choisissent le plastique et le béton, sans penser à quoi ressemblera la façade d’un tel bâtiment dans quelques années …

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité