Hypothèque sociale

L’hypoth√®que russe actuellement en vigueur est inaccessible aux larges masses de la population et ne peut pas r√©soudre le probl√®me du logement. √Ä cet √©gard, des discussions ont d√©j√† commenc√© sur le fait qu’il existe une diff√©rence entre les hypoth√®ques et les hypoth√®ques, que les hypoth√®ques commerciales devraient √™tre d√©velopp√©es pour la minorit√© «riche» et pour la majorit√© «pauvre», une sorte d ‘«hypoth√®que sociale» devrait √™tre envisag√©e. Ces conversations sont-elles l√©gitimes et l’hypoth√®que peut-elle √™tre diff√©rente pour diff√©rentes cat√©gories de population??

Il est tout √† fait √©vident que dans un pays o√Ļ la diff√©renciation du niveau de vie est si importante, les conditions de logement pour des segments socialement non prot√©g√©s de la population devraient diff√©rer des programmes ax√©s sur un segment plut√īt restreint des «riches». C’est ce facteur qui sous-tend le fait que l’hypoth√®que qui vient de commencer √† se d√©velopper a d√©j√† commenc√© √† se diviser en «social» et «commercial».

Les partisans de cette division soutiennent ce qui suit: «l’hypoth√®que sociale» devrait √™tre fond√©e sur le soutien de l’√Čtat, ne concerner que les citoyens socialement non prot√©g√©s, et l’am√©lioration des conditions de logement dans son cadre ne devrait se faire que dans le cadre des normes sociales √©tablies.

L ‘«hypoth√®que commerciale», au contraire, existe pour les citoyens disposant de revenus suffisamment √©lev√©s pour s’acquitter de leurs obligations de pr√™t de mani√®re ind√©pendante. Cette hypoth√®que doit √™tre r√©alis√©e aux conditions du march√© sans aucune intervention du gouvernement.

Une division similaire des hypoth√®ques en «social» et «commercial» a d√©j√† commenc√© √† avoir lieu au niveau l√©gislatif. Elle s’est notamment refl√©t√©e dans le programme cible f√©d√©ral «Logement», con√ßu pour la p√©riode jusqu’en 2013, ainsi que dans le Concept de d√©veloppement du syst√®me de cr√©dit hypoth√©caire, adopt√© par d√©cret gouvernemental du 11 janvier 2000.

√Ä la fin de 2003, la Douma d’√Čtat a invit√© les services comp√©tents √† √©laborer une loi sp√©ciale sur les «hypoth√®ques sociales», pr√©voyant l’√©tablissement de dispositions g√©n√©rales pour sa mise en Ňďuvre pour les employ√©s du secteur public et les citoyens √† faible revenu.

Lire la suite  Maisons modulaires - caract√©ristiques technologiques et perspectives sur le march√© immobilier national

Les partisans de «l’hypoth√®que sociale» (appelons-les «populistes») estiment qu’il est possible de distinguer clairement les hypoth√®ques «commerciales» et «sociales». L’essentiel, selon eux, est que ce dernier ne se d√©veloppe pas par ¬ę¬†pull¬†¬Ľ et que tout ce qui est allou√© √† partir du budget est absolument transparent, et il est √©galement clairement d√©fini qui peut compter sur ces paiements..

«L’hypoth√®que sociale» est une pseudo-hypoth√®que?

Cependant, m√™me un profane comprend que l’introduction de «l’hypoth√®que sociale» entra√ģnera de nombreuses questions li√©es √† qui devrait √™tre class√© comme citoyen socialement vuln√©rable et √† faible revenu. Le probl√®me, c’est qu’il n’y a pas de crit√®res d’√©valuation clairs ici et qu’il semble impossible de l’√™tre. Premi√®rement, le pays est trop grand et le revenu consid√©r√© comme important pour une r√©gion ne l’est pas pour une autre. Deuxi√®mement, le niveau de revenu officiel dans un pays o√Ļ l’√©crasante majorit√© des travailleurs per√ßoivent des salaires «gris» et «noirs» n’est pas un indicateur objectif. Troisi√®mement, le concept de ¬ę¬†sph√®re budg√©taire¬†¬Ľ est extr√™mement vague, car d√©sormais un enseignant ou un m√©decin rare n’a plus de revenus suppl√©mentaires..

L’introduction de «l’hypoth√®que sociale» a √©galement des opposants de principe (appelons-les «gens du march√©») qui estiment que toutes les questions li√©es au pr√™t au logement devraient √™tre r√©solues de mani√®re g√©n√©rale et selon des normes uniformes dict√©es par le march√©, et non par les fonctionnaires.

√Ä leur avis, tout ce qui se fait sans tenir compte des lois du march√© est du mal, et «l’hypoth√®que sociale» est une pseudo-hypoth√®que qui brise tous les m√©canismes du march√©. Oui, ce n’est pas du tout une hypoth√®que, mais l’achat d’un logement en plusieurs versements, lorsque le taux de pr√™t et le co√Ľt r√©el d’un appartement sont artificiellement abaiss√©s et que la diff√©rence est rembours√©e avec l’argent du budget. Mais il n’y a pas d’argent dans le budget et les gens pratiques ont compris depuis longtemps qu’avec son aide, il est impossible de r√©soudre les probl√®mes de logement de 80% de la population du pays..

Lire la suite  Villes du futur: un r√™ve peut-il r√©soudre les probl√®mes de l'humanit√©

Par cons√©quent, les «gens du march√©» disent que si l’√Čtat veut am√©liorer les conditions de vie de ses citoyens, laissez-le aider des personnes sp√©cifiques. Les taux d’int√©r√™t et les normes d’octroi de pr√™ts hypoth√©caires devraient rester bas√©s sur le march√©, juste dans le compte de r√©sultat fourni √† la banque, les citoyens √† faible revenu devraient indiquer le droit de recevoir une aide budg√©taire comme source de remboursement de pr√™t comme source de remboursement de pr√™t. En effet, en fait, peu importe pour les banques o√Ļ l’emprunteur prend les fonds pour rembourser le pr√™t, qu’il s’agisse de son salaire ou d’une subvention; l’essentiel est que la source de financement soit constante et fiable.

Certains «marketeurs» sont m√™me convaincus que «l’hypoth√®que sociale» peut √™tre n√©faste, surtout si on entend par l√† quelque chose qui permet √† une personne de n√©gocier pour elle-m√™me non pas un pr√™t du march√©, mais un pr√™t tr√®s bon march√© voire gratuit au d√©triment des fonds budg√©taires. La probabilit√© que d’autres citoyens, connaissant la possibilit√© d’obtenir un pr√™t pratiquement pour rien, ne s’alignent pas sur des pr√™ts accord√©s √† l’int√©r√™t du march√© est particuli√®rement pr√©occupante..

L’efficacit√© est encore discutable

L’Etat a d√©j√† tent√© de cr√©er une sorte d ‘«hypoth√®que sociale» en d√©veloppant des programmes de fourniture de logements √† cr√©dit aux militaires et aux employ√©s des sph√®res budg√©taires. Jusqu’√† pr√©sent, ils n’ont pas eu d’effet positif notable, car les responsables locaux eux-m√™mes ne savent pas quoi et comment faire dans ce sens..

Si le march√© immobilier reste instable, il ne peut √™tre question, par exemple, de r√©duire l’acompte (il repr√©sente d√©sormais 30% du co√Ľt d’un appartement). Dans le m√™me temps, les banques citent des risques √©lev√©s. Et ils sont tout √† fait compr√©hensibles. Par exemple, depuis un certain temps maintenant, il est permis d’expulser des logements hypoth√©caires qui ne peuvent pas rembourser la dette. Mais, en fin de compte, cela est contraire √† la Constitution si l’appartement du d√©faillant est le seul, et la question de lui fournir un logement alternatif n’a pas √©t√© r√©solue. On parle lentement du parc de logements de r√©installation et des «immeubles» municipaux, mais tout cela reste en mots. Et pourquoi une municipalit√© devrait-elle, par exemple, avoir des «maisons sociales» dans son bilan??

Lire la suite  Nouvelle taxe fonci√®re - perspectives

Dans certaines r√©gions, des tentatives sont faites pour subventionner les taux d’int√©r√™t des pr√™ts hypoth√©caires √† partir du budget. Mais l’efficacit√© de cette approche est discutable. Apr√®s tout, ces subventions devraient durer pendant toute la dur√©e du pr√™t, soit au moins 10 √† 15 ans. Disons qu’aujourd’hui le budget dispose d’un certain montant √† ces fins. Et que se passera-t-il demain si, par exemple, les prix mondiaux du p√©trole baissent et les taux de croissance √©conomique ralentissent? Ils commenceront √† r√©viser les postes de d√©penses et tout le syst√®me de «l’hypoth√®que sociale» s’effondrera?

Que faire?

La question de la disponibilit√© des pr√™ts au logement pour les larges masses de citoyens russes reste ouverte. Il est clair que la seule fa√ßon possible de simplifier l’acc√®s aux hypoth√®ques est de r√©duire le co√Ľt du logement. Pour ce faire, l’offre sur le march√© doit largement d√©passer la demande. Mais pouvons-nous nous attendre √† cela dans un proche avenir?

C’est l√† que l’Etat serait en mesure de se retourner en force, √† la recherche de fonds budg√©taires suppl√©mentaires pour financer la construction de logements. Mais o√Ļ se trouve-t-il … Il est beaucoup plus facile, selon le terme obscur d ‘«√©conomie sociale de march√©», de supprimer les b√©n√©fices des entreprises.

√Čvaluer l'article
( Pas encore d'évaluations )
Ajouter des commentaires

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: