Cohousing – un nouveau type d’immobilier en Europe

Points d’article



Le cohabitat est aujourd’hui considéré comme la meilleure alternative aux formes traditionnelles de l’immobilier. Il offre aux personnes aux ressources limitées un accès à un logement auquel elles ne s’attendraient pas autrement. Dans la situation actuelle, alors que la crise a assommé des millions de familles en Europe, la cohabitation est peut-être la seule formule pour «sauver la noyade». Découvrez ce qu’il est et les secrets de sa popularité dans cet article..

Modèle immobilier scandinave

Pourtant, ce n’est pas pour rien que le Danemark, la Suède et la Norvège sont en tête de la liste des pays les plus prospères du monde! La sagesse et l’ingéniosité scandinaves les ont rarement laissés tomber, tout comme ils ne les ont pas laissés tomber même à l’époque, dans les lointaines années 60, lorsque plusieurs familles danoises ont décidé de s’unir pour améliorer leurs conditions de vie et en même temps ne pas tomber dans l’esclavage éternel de la banque. Ils ont été suivis par les Suédois et les Norvégiens, qui ont immédiatement apprécié tous les avantages de cette alliance. C’est ainsi qu’est né le cohabitat – une communauté d’habitation dans laquelle l’immobilier appartient à l’ensemble de la coopérative, et non à des individus ou des familles. Ses membres ont droit au logement en échange du droit d’entrée, qu’ils récupèrent (et parfois avec une bonne prime!) En cas de sortie de la coopérative. Dans le même temps, tous les locataires paient un loyer mensuel pour les locaux dans lesquels ils vivent, et prennent sur eux les frais généraux d’entretien du territoire, de la parcelle de jardin, etc. En lisant ces lignes, beaucoup de gens peuvent avoir une image d’une commune dans leur tête, mais en fait c’est non, car ici chaque famille a un espace de vie séparé et des finances indépendantes. La cohabitation n’a rien de commun avec une coopérative traditionnelle, où après avoir payé le droit d’entrée, chaque participant devient propriétaire de son logement et paie lui-même l’hypothèque. En cohabitation, tout appartient toujours à la coopérative et ses membres ne peuvent jamais devenir propriétaires des appartements dans lesquels ils vivent. Dans une telle communauté, les locataires paient ensemble un prêt bancaire sous forme de quotas mensuels, dont le montant diminue au fur et à mesure que l’hypothèque est remboursée..

Cohousing - un nouveau type d'immobilier en Europe

Avantages du cohabitat

Une telle communauté est basée sur la démocratie et la participation de tous ses habitants à la prise de décision liée à la vie de cohabitation. En payant le versement initial, chaque participant a droit à la résidence illimitée dans la coopérative avec le droit d’en hériter, de la louer pour une certaine période, etc. L’expulsion d’un locataire n’est possible qu’en cas de non-paiement régulier ou de non-respect des normes de comportement établies par la cohabitation.

Une grande partie de la population des pays scandinaves vit sous le régime de telles communautés. Ainsi, un habitant sur trois de Copenhague vit aujourd’hui en cohabitation. Dans le même temps, le nombre de bâtiments et d’urbanisations avec cette forme de bien immobilier, ainsi que leur demande, augmentent rapidement d’année en année et sont soutenus par des fonds publics. La principale raison de cette popularité est l’accès bon marché au logement, les loyers bas et l’absence du fardeau écrasant des prêts hypothécaires personnels. De plus, les États scandinaves subventionnent généreusement la cohabitation, ce qui explique pourquoi le montant des cotisations initiales et des mensualités diminue sensiblement..

Cohousing - un nouveau type d'immobilier en Europe

Un autre avantage d’une telle communauté est la mise en œuvre conjointe de réformes, possible grâce aux contributions de tous ses habitants. Il est intéressant de noter que dans de nombreux cas, les cohabitations danoises sont en meilleur état que leurs homologues traditionnels..

Aujourd’hui, au Danemark, avec une population de 5 millions d’habitants, il y a 125 000 logements en colocation. Cela permet aux jeunes et aux familles danoises aux budgets modestes d’accéder à un logement sans dépenser l’essentiel de leur salaire pour rembourser l’hypothèque. Chaque membre de la coopérative apporte une première contribution dont le montant à Copenhague varie de 3.000 à 30.000 euros, selon la taille du logement et sa localisation.

Achat et construction d’un cohabitation

Construire ou acheter une co-maison est possible grâce aux contributions initiales de ses membres. Cependant, l’essentiel de son financement repose toujours sur un prêt bancaire. Dans ce cas, l’immeuble Andel fait office de garantie de paiement et devient la propriété de la banque en cas de dette de la coopérative..

Cohousing - un nouveau type d'immobilier en Europe

La plupart des cohabitations au Danemark ne sont pas installées dans des bâtiments neufs, mais dans des bâtiments anciens qui sont adaptés à cette forme d’immobilier. La même situation est observée dans d’autres pays scandinaves, où, en outre, le gouvernement subventionne la restauration de bâtiments non neufs, pour lesquels le montant total du prêt coopératif diminue. Du coup, tout le monde est content: l’Etat se débarrasse des bâtiments délabrés, et la coopérative se sépare d’une part importante de sa dette.

Vente de cohabitation

Lorsqu’il s’agit de la vente de biens immobiliers en cohabitation, nous entendons le transfert des droits d’usage de son logement aux nouveaux membres de la coopérative. Ainsi, ce n’est pas l’espace de vie lui-même qui est vendu, mais le droit d’y vivre. La transaction implique le vendeur, l’acheteur et le comité de politique de cohabitation, qui a le pouvoir d’approuver ou de rejeter la candidature de l’acheteur. À son tour, le vendeur doit obtenir la permission de vendre du conseil de cohabitation. Lors de la transaction, le conseil directeur vérifie si le prix du bien est conforme aux tarifs fixés par la coopérative. S’il est trop élevé, ils obligent le vendeur à le réduire à la valeur standard..

Immédiatement après la vente de la maison, l’argent va aux cadres de la cohabitation. Lorsqu’ils sont convaincus qu’il n’y a pas de dettes de la part du vendeur, l’argent va sur son compte.

Listes d’attente

La popularité croissante du modèle coopératif scandinave a conduit à des listes d’attente de plus en plus longues. Les cohausings déterminent eux-mêmes ceux qui ont un accès prioritaire au logement sur leur territoire. Cela signifie que lorsqu’un membre de la coopérative décide de vendre sa part, il n’a pas le droit de la transférer à sa discrétion, mais est obligé de conclure un accord avec ceux qui sont sur la liste d’attente..

Cohousing - un nouveau type d'immobilier en Europe

Prix ​​de l’immobilier en cohabitation

Le coût du logement dans une coopérative dépend de sa superficie, des réformes effectuées, de l’état général et de la présence de meubles et d’appareils électroménagers. De nombreuses co-maisons appartiennent à des syndicats et à d’autres organisations sociales. Dans de tels cas, le coût du logement ne change pas au fil des ans et peut n’augmenter que légèrement en raison des réformes.

Dans d’autres coopératives, le prix de l’immobilier augmente, s’adaptant aux réalités du marché. Cependant, cette augmentation ne peut en aucun cas dépasser le maximum fixé par la norme..

Aujourd’hui à Copenhague, l’acompte pour un cohabitation de 50 m22 est de 7000 euros, et le loyer mensuel, y compris le chauffage – 220 euros. A titre de comparaison: acheter le même appartement dans le secteur privé coûterait 140 mille euros.

Deux exemples de cohabitation au Danemark

L’urbanisation Boligforening Finlandsgade dans le centre de Copenhague est un exemple de petit cohabitat danois. Il se compose de 72 appartements allant de 45 à 116 m22. La communauté a une liste d’attente interne: lorsque l’un des appartements est libéré, les membres de la coopérative ont un droit de priorité de l’utiliser dans l’ordre de priorité. Les résidents eux-mêmes ont élaboré un plan décennal pour rénover leur immeuble. À ce jour, ils ont entièrement rénové le toit et construit un jardin intérieur et prévoient de remplacer toutes les fenêtres et la plomberie dans un proche avenir..

Cohousing - un nouveau type d'immobilier en Europe

Le loyer ici est de 2200 à 4200 couronnes par mois (de 293 à 560 euros selon la superficie des locaux). La plupart des résidents paient moins de 400 euros par mois. Sur le marché libre, le coût de la location du même appartement serait au moins 3 fois plus élevé.

Sur le territoire de la cohabitation, il y a une salle à manger commune, où tous les résidents déjeunent ou dînent ensemble plusieurs fois par semaine (si désiré), célèbrent les vacances et les anniversaires, ainsi qu’une chambre d’enfants spacieuse dans laquelle les enfants jouent sous la surveillance des parents, une bibliothèque, une salle de sport, un sauna, etc. terrain de jeux. Les participants de la coopérative emmènent à tour de rôle les enfants à l’école, organisent des excursions, des excursions dans la nature, etc. L’âge des résidents locaux est très différent: des étudiants aux retraités, bien que la grande majorité ici soient de jeunes familles avec enfants.

Cohousing - un nouveau type d'immobilier en Europe

Un autre modèle de cohabitation est le complexe d’habitation AAB (Arbejdernes-Andel-Boligforening), un exemple de la plus grande et la plus ancienne coopérative du Danemark. Il se compose de 17 482 appartements et 82 immeubles, chacun économiquement indépendant et élisant son propre conseil d’administration. La plus haute autorité de l’AAB est la représentation publique, qui élit un président et un vice-président. Pour devenir membre de l’AAB, vous devez être membre d’un syndicat ou être inscrit comme demandeur de logement actif. Dans la plupart des cas, la liste d’attente dépasse 15 ans. En effet, AAB possède des bâtiments dans différents quartiers de Copenhague et permet à ses membres de disposer de logements bon marché où cela leur convient. Le loyer mensuel moyen d’un appartement à AAB coûte 300 euros, ce qui, avec un salaire moyen d’un Danois de 4000 euros, est un montant assez inoffensif..

Cohabitation dans d’autres pays et en Russie

Depuis que la vague de crise a balayé le monde, même les pays les plus conservateurs d’Europe se sont activement impliqués dans la création de leur propre modèle de cohabitation. La Grande-Bretagne, l’Irlande, l’Espagne, l’Italie, la France ont adopté la précieuse expérience scandinave et construisent continuellement des complexes coopératifs sur leur territoire. Le cohabitat s’est répandu aux États-Unis et au Canada, où il est appelé «condominium», ainsi qu’en Australie et en Nouvelle-Zélande, où il est appelé titre de strate.

Cohousing - un nouveau type d'immobilier en Europe

En Russie, qui a pleinement bu le charme des valeurs communales obligatoires, l’idée de cohabitation n’a pas encore trouvé un nombre décent d’adeptes. La psychologie, l’histoire et même le climat russes ne sont pas très propices à l’introduction de cette forme d’immobilier dans le pays. Pourtant, il y a des conditions préalables pour cela, bien que pas tout à fait dans le style classique de cohabitation. Nous parlons des écovillages dits, où tous les participants vivent dans une communauté, ont des installations et des équipements communs: une cantine, un entrepôt alimentaire, un réfrigérateur, une buanderie, etc. Il y a aussi un bureau de change gratuit, où chacun peut laisser des choses inutiles en échange de une bibliothèque de quartier, une bibliothèque communautaire, un parking, une télévision, un DVD, un sauna et une douche, et des petites boutiques où les locaux vendent leurs produits. L’une des principales différences entre les écovillages et les cohabitations est le manque de finances indépendantes pour chacun de ses membres et le système de monnaie interne que les résidents de la communauté utilisent pour se payer les uns les autres. Selon eux, ils évitent ainsi au maximum la servitude des billets de banque «externes», ce qui leur donne un sentiment de liberté incomparable. Le principe de l’éco-communauté repose sur une confiance mutuelle totale, il n’y a donc pas de serrures de porte, de clés, de gardes ou d’autres attributs d’une civilisation extérieure. Cependant, nous parlons d’une communauté communautaire, pas d’un modèle de cohabitation. Mais c’est en Russie, où la grande majorité des habitants n’ont pas accès au logement faute de budget, que le système de cohabitation pourrait devenir une véritable issue et une excellente alternative aux formes traditionnelles de l’immobilier. Dans la jungle de la société moderne, où chacun se bat pour sa propre survie, le modèle scandinave des coopératives permettrait à beaucoup de résoudre leurs problèmes de logement et de créer ensemble des conditions de vie qui ne peuvent pas toujours être réalisées seules.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité