Ce que vous ne pouvez pas dire à un alcoolique

Le contenu de l’article



Une envie pathologique d’alcool est une dépendance psychologique grave qui affecte la conscience d’une personne. Si des proches veulent que le patient soit guéri, ils doivent surveiller attentivement non seulement leurs actes, mais aussi leur discours. Il existe des phrases qui rompent avec la langue à de bonnes fins, mais peuvent nuire considérablement à l’alcoolique.

La difficulté de communiquer avec une personne qui boit

Conversation avec un alcoolique

De grandes quantités d’alcool affectent négativement les organes internes, la psyché, amorçant le processus de dégradation de la personnalité. Si une personne boit longtemps et beaucoup, elle devient débridée, contrôle mal la parole et ressemble à un petit enfant capricieux.

Les proches rencontrent des difficultés de communication et se sentent impuissants. Les psychologues dans cette situation recommandent d’éviter la garde excessive, la douceur dans les conversations avec un alcoolique, car elle se détend. Les menaces, les ultimatums sont également inacceptables. Il est important de montrer que vous comprenez la situation, êtes prêt à donner un coup de main, mais évitez l’admiration violente pour les moments où une personne ne boit pas.

Phrases qui ne devraient pas sonner

Le principal conseil des médecins sur la façon de parler avec un alcoolique: ne jamais lui signaler la dépendance, surtout de manière négative, ni pendant la consommation d’alcool ni au stade du traitement. Une personne ne devrait pas recevoir constamment de rappels de faiblesse, se sentir profondément malade. Se sentir coupable fonctionne rarement correctement, donne souvent l’effet inverse. Cela ne vaut pas la peine de risquer, en particulier pour les proches dont on attend du soutien.

« Pourquoi n’arrêtez-vous pas de boire? »

Conséquences de l'alcoolisme

La pire chose que vous puissiez faire en essayant d’aider un être cher est de mettre la pression sur les faiblesses, de vous mordre les erreurs. En ce qui concerne les dépendances psychologiques, cela ne fonctionne pas comme avec d’autres choses: mauvaise école, mauvaise nutrition. Même si un alcoolique sobre se rend compte qu’une mauvaise habitude peut lui coûter la vie, il ne pourra pas l’abandonner instantanément. La question-pression ne fera qu’aggraver la situation.

Les médecins, expliquant comment parler avec un alcoolique, sont invités à faire preuve de plus de compréhension, de prudence, en se souvenant qu’il s’agit d’une maladie. À la maison, cela vaut la peine d’amener une personne à l’idée de traitement et de lutte en découvrant les causes de la dépendance.

« Pourquoi ne bois-tu pas? »

Cette question est souvent posée par ceux qui sont partiellement dédiés à la situation – amis, collègues, parfois parents. La tentative soudaine d’un alcoolique de cesser de fumer, après l’avoir gardée secrète, peut surprendre. Il ne vaut pas la peine de demander pourquoi il a refusé le verre offert: cela ne fera qu’embarrasser et gêner.

En parlant de la façon dont vous ne pouvez pas parler avec un alcoolique, les médecins conseillent d’éviter le sujet de la toxicomanie, en évitant de mettre l’accent sur de nouvelles caractéristiques comportementales. Moins l’attention sera accordée au problème et au début (l’étape la plus difficile) de sa solution, plus les chances de la personne d’aller jusqu’au bout seront élevées.

« Vous récupérez mal »

Traitement forcé

La façon dont une personne surmonte des situations difficiles, en particulier celles qui brisent la psyché, est toujours individuelle. N’essayez pas d’imposer votre vision de la thérapie, de vous distraire du problème – cela ne fera qu’aggraver la situation. Faire preuve de compréhension, apporter un soutien moral, avoir une attitude positive. N’oubliez pas que vous ne vivrez pas les mêmes sensations et ne saurez pas comment sortir de l’alcoolisme si vous ne le faites pas vous-même. Laisser la décision au patient.

« J’ai caché l’alcool »

La phrase impliquant une tentative d’aide est, en réalité, une étape téméraire qui indique que le toxicomane est impuissant. Il interprète ces mots à sa manière: « J’ai caché l’alcool, parce que sinon tu te jetterais dessus. » Il provoque une gêne, une gêne, sape la volonté de lutter contre la maladie. Si vous voulez aider quelqu’un à fermer, demandez comment vous pouvez alléger la période de rupture et d’adaptation..

Se débarrasser de tout l’alcool dans la maison ne produit souvent aucun résultat: l’alcool est disponible auprès d’amis, de collègues et dans les magasins. Isoler le patient des boissons fortes ne peut être que dans une institution spéciale. Pour soutenir un être cher, vous devez faire attention et fournir une assistance psychologique.

« Aujourd’hui est un jour férié, vous pouvez boire »

Tu ne peux pas boire

Une personne qui essaie de se débarrasser de la dépendance devrait éviter d’en faire mention. Au stade où la mémoire de la maladie est fraîche, même des soupçons de «relaxation» ne peuvent être tolérés. Si des proches pensent qu’un verre d’alcool peut être une récompense, c’est une idée fausse. Même une gorgée de ce qu’une personne essaie d’abandonner peut ébranler la décision de guérir et réduire à néant tous les efforts, provoquer une nouvelle crise de boulimie.

S’il y a un alcoolique dans la famille, il vaut mieux passer les vacances sobrement. Les proches devraient également renoncer à l’alcool pour soutenir le toxicomane. La présence d’alcool lors d’une célébration est un grand risque et un test de volonté, que tout le monde ne peut supporter..

Évaluer l'article
( Pas encore d'évaluations )
Ajouter des commentaires

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: