Causes et signes de polyhydramnios chez les femmes enceintes – danger de pathologie, conséquences pour le fœtus et traitement

Le contenu de l’article



Pour le développement normal du bébé à l’intérieur de l’utérus, la valeur du liquide amniotique est inestimable. Ils protègent l’embryon du stress mécanique, participent au métabolisme, lui assurent une liberté de mouvement. Le liquide amniotique est constamment en mouvement et mis à jour. Cependant, les polyhydramnios pendant la grossesse sont très dangereux, car ils sont à l’origine de nombreuses maladies chez la femme et l’enfant à naître.

Qu’est-ce que les polyhydramnios pendant la grossesse

Il s’agit d’une condition dans laquelle la quantité de liquide amniotique chez une femme enceinte augmente considérablement. En médecine, il existe une classification des polyhydramnios. Il est à noter que l’augmentation du liquide amniotique n’est pas toujours une pathologie. Parfois, le terme « polyhydramnios modéré » ne se caractérise que par l’approche d’une norme plus élevée, mais sans dépasser la limite autorisée. À différents moments, le taux de liquide amniotique varie. Par exemple, à 10 semaines de grossesse, le volume normal est de 30 ml, à 14 – 100 ml, et à 38 semaines, 1,5 litre sera la norme.

Lorsque cette limite est dépassée, nous parlons alors de polyhydramnios chez une femme enceinte. Il y a une certaine classification. L’augmentation du liquide amniotique peut être légère, aiguë ou chronique. La condition la plus dangereuse pendant la grossesse est aiguë, lorsque le niveau d’eau commence à augmenter très intensivement, sur plusieurs jours, voire plusieurs heures. Les polyhydramnios chroniques se caractérisent par une lente augmentation du volume de liquide..

Panneaux

Il y a certains signes, dont la présence informera une femme de la présence d’une pathologie. Mais pas toujours une femme enceinte elle-même peut poser un diagnostic. Dans le cours chronique des polyhydramnios, une femme ne découvre souvent la pathologie qu’au prochain examen par un médecin. En pathologie aiguë, il est facile de remarquer que l’estomac se développe très rapidement. Sa circonférence au niveau du nombril dépasse parfois 120 cm.

La femme enceinte se plaint de l’apparition rapide de vergetures, de fatigue, de lourdeur lors de la marche, d’essoufflement. Il est conseillé de faire attention aux symptômes inhabituels afin de maintenir la grossesse:

  • gargouillis à l’intérieur de l’abdomen;
  • activité réduite de l’enfant;
  • gonflement sévère des jambes;
  • une sensation de pression sur le périnée;
  • rythme cardiaque augmenté;
  • malaise, faiblesse.

Fille parlant à un médecin

Épicé

Une accumulation excessive de liquide peut être diagnostiquée immédiatement. Une forte augmentation de l’abdomen ne peut pas passer inaperçue, car la maladie se développe en très peu de temps. La femme enceinte éprouve un inconfort dans l’abdomen, des douleurs dans la région lombaire et la région inguinale. La paroi abdominale gonfle sensiblement, un essoufflement sévère est observé. Une femme n’entend pas le mouvement du fœtus et écouter son rythme cardiaque est très difficile. Le développement rapide de la pathologie peut s’accompagner d’une rupture des tissus utérins.

Chronique

En cas de développement chronique de la maladie, la croissance du liquide amniotique se produit lentement. Le plus souvent, les médecins observent de tels polyhydramnios en fin de grossesse. La norme excessive de liquide de nature chronique ne présente pas de symptômes graves. Les femmes enceintes ont le temps de s’habituer à un certain inconfort, le reliant à leur position, de sorte que le diagnostic de pathologie est difficile. Pour cette raison, la forme chronique des polyhydramnios n’est pas moins dangereuse que aiguë et a des conséquences très désagréables pour la mère et le bébé.

Les causes

Les médecins ne peuvent toujours pas avec 100% de certitude indiquer les causes des polyhydramnios pendant la grossesse et nommer des conditions spécifiques pour le développement de la pathologie. Cependant, il existe certaines tendances à la survenue de cette maladie. Le groupe à risque comprend les femmes enceintes avec un diagnostic de diabète. Viennent ensuite dans la liste les maladies chroniques du système génito-urinaire, les infections, les maladies vasculaires, les malformations cardiaques. Risque élevé de polyhydramnios chez une patiente ayant une grossesse Rh-conflictuelle. La cause de la déviation peut être un fœtus trop important ou sa pathologie:

  • déviations dans le développement des intestins ou de l’estomac;
  • malformations du cœur;
  • défauts du système nerveux central;
  • anomalies génétiques.

femme au ventre

Formes, types et degrés

Comme déjà indiqué, les polyhydramnios chez une femme enceinte peuvent être chroniques ou aigus. Passer modérément ou se développer rapidement. La gravité de la pathologie obstétricale est divisée en:

  • léger lorsque la quantité d’eau ne dépasse pas 3000 ml;
  • modérée, dans laquelle le liquide amniotique a des volumes de 3000 à 5000 ml;
  • sévère si le liquide amniotique dépasse un volume de 5000 ml.

Il existe plusieurs gradations principales de polyhydramnios: relative, limite, idiopathique et prononcée. Le premier n’est pas un danger pour la femme et le fœtus. Polyhydramnios borderline est également considéré comme normal, mais nécessite déjà une surveillance médicale constante. L’excès idiopathique d’eau n’a pas de signes et de causes caractéristiques, se développe à tout moment.

Ce qui est dangereux

Le principal danger des polyhydramnios chez les femmes enceintes est la menace de fausse couche. La pathologie se termine donc chez 35% des femmes. Dans la plupart des cas, les femmes enceintes présentent à tout moment une toxicose sévère, qui se transforme souvent en vomissements, ce qui menace la déshydratation. Une grande quantité d’eau interfère avec la présentation correcte du fœtus, par conséquent, la position incorrecte de l’enfant est souvent observée: pelvienne ou transversale. Le risque d’insuffisance fœtoplacentaire n’est pas exclu lorsque le travail du placenta est perturbé. Le fœtus souffre de la privation d’oxygène, ce qui nuit à son plein développement.

Diagnostique

En plus d’étudier les plaintes de la femme enceinte, le médecin de la clinique prénatale l’examine pour détecter la présence de signes pertinents. Il existe plusieurs types de diagnostic de polyhydramnios. L’échographie est la plus fiable, dans laquelle une femme est chargée de déterminer l’indice de liquide amniotique (IAI). Une méthode d’examen supplémentaire est un triple test pour déterminer la concentration dans le sérum sanguin (16-18 semaines de gestation) d’œstriol libre, de gonadotrophine chorionique et de ß-foetoprotéine. Les analyses montrent des malformations fœtales possibles qui sont courantes avec les polyhydramnios.

Échographie

Aujourd’hui, il existe deux méthodes pour mesurer le liquide amniotique. Le premier est appelé «l’étalon-or». Pour cela, la cavité utérine est divisée en 4 quadrants, dans chacun desquels le médecin détermine la profondeur de la plus grande poche de liquide amniotique, libre de toutes les parties de l’embryon. IAG est la somme des quatre valeurs. Si le résultat est inférieur à 5%, le diagnostic d’oligohydramnios est posé. Lorsque les valeurs dépassent 97,5%, cela se caractérise par des polyhydramnios.

Échographie

IAJ

La deuxième option consiste à déterminer la plus grande poche de liquide, qui est exempte de boucles de cordon ombilical et de petites parties du fœtus, mesurée dans 2 plans perpendiculaires. La norme est une valeur de 2 à 8 centimètres. Si le résultat montre 1 à 2 cm, cela est considéré comme un état limite. Polyhydramnios est déterminé lorsque la taille de la plus grande poche de fluide est supérieure à 8 cm.

Traitement

Lorsqu’une maladie telle que les polyhydramnios survient pendant la grossesse, le gynécologue doit, si possible, établir sa cause et, sur cette base, prescrire le traitement approprié. Une femme enceinte reçoit un traitement classique dans un hôpital sous la stricte surveillance de médecins. Ils essaient de garder la grossesse jusqu’à la fin. En règle générale, les antibiotiques, les vitamines B, les médicaments qui rétablissent le flux sanguin utéro-placentaire et établissent les processus métaboliques, ainsi que les médicaments qui améliorent la microcirculation sanguine et les diurétiques sont prescrits.

Si le polyhydramnios survient au début de la grossesse, il est traité sans conséquences pour le fœtus et la mère. Dans une évolution soudaine et aiguë de la maladie, les médecins ont souvent recours à la procédure d’ouverture de la vessie fœtale (amniotomie) afin de drainer l’excès de liquide amniotique. Sinon, il y a une menace non seulement de complications de la grossesse, mais aussi de la vie de la mère et / ou de l’enfant.

Antibiotiques

Étant donné que l’étiologie de la maladie est très difficile à identifier, le gynécologue polyhydramnios doit être très prudent dans le choix des antibiotiques. En pathologie aiguë, le médecin prescrit souvent un traitement par Rovamycine ou analogues. Il existe des preuves d’un traitement par indométhacine (25 mg toutes les 6 heures), mais il convient de rappeler qu’il existe une forte probabilité de fermeture prématurée du canal artériel chez le fœtus..

Pilules dans les paumes

Effets

Polyhydramnios affecte négativement la santé maternelle et le développement fœtal. Si le problème n’est pas résolu à temps, une augmentation de la quantité de liquide amniotique menace avec les conséquences suivantes:

  • l’utérus, agrandi en raison d’un excès de liquide, comprime les gros et les petits vaisseaux sanguins pendant une longue période de temps, ce qui provoque une augmentation de la pression artérielle et un gonflement chez la mère;
  • l’utérus avec polyhydramnios est très étiré, ce qui peut provoquer des saignements massifs et un décollement du placenta;
  • l’accouchement dans le contexte des polyhydramnios dans 30% des cas survient plus tôt que la date prévue, car en raison de la grande accumulation de liquide, l’utérus augmente jusqu’à la taille d’une grossesse à terme;
  • en quittant l’utérus prématurément, le liquide amniotique peut retirer un stylo, une jambe ou un cordon ombilical;
  • un écoulement précoce de liquide amniotique affaiblit le travail, parfois jusqu’à l’arrêt complet.

Pour un enfant

En plus des complications énumérées ci-dessus, les polyhydramnios affectent négativement le futur bébé dans l’utérus de la mère. Le développement d’une insuffisance fœtoplacentaire au cours de la première période conduit à un mauvais développement de l’embryon et, plus tard, à un retard de croissance fœtale. Les médecins appellent les conséquences négatives suivantes pour l’enfant:

  • processus infectieux intra-utérin;
  • malformations gastro-intestinales;
  • formation insuffisante du système nerveux;
  • hypoxie fœtale chronique;
  • immunité diminuée;
  • naissance prématurée.

Ces pathologies peuvent être cachées dans la nature et n’apparaître qu’après un certain temps après la naissance. Par exemple, les polyhydramnios dans les derniers stades de la grossesse chez un nourrisson peuvent provoquer un retard mental et mental, que les pédiatres déterminent après 1-1,5 ans. L’apparition d’un nourrisson menace prématurément un faible niveau des défenses de l’organisme et est lourde de développement de voies respiratoires et d’infection par des maladies infectieuses.

Bébé

Accouchement

Comme déjà mentionné, l’activité de travail se produit en avance sur le calendrier avec les polyhydramnios. Au dernier stade de la grossesse, une vessie dense peut éclater soudainement, après quoi le liquide amniotique s’écoule abondamment et brusquement. À ce stade, le membre du fœtus ou du cordon ombilical peut tomber et le travail de la femme sera affaibli. Parfois, une femme enceinte ne ressent aucune contraction. Avec les polyhydramnios, l’accouchement est associé à d’autres complications:

  • mauvaise position du bébé à l’intérieur de l’utérus (par exemple, le long des fesses);
  • saignement sévère après l’accouchement;
  • rupture du placenta.

La prévention

Les polyhydramnios peuvent-ils être évités? La prévention de la pathologie est un examen régulier d’une femme pendant la grossesse. Cela vous permettra d’identifier et d’éliminer rapidement la pathologie dans le temps. Un examen supplémentaire particulièrement urgent est nécessaire pour les femmes enceintes à risque, c’est-à-dire les femmes ayant un diagnostic de diabète sucré, la présence d’un facteur Rh négatif du sang et des maladies chroniques des organes génitaux.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité