Sur quoi pouvez-vous compter si votre maison est démolie

La question de l’expulsion des Moscovites des locaux d’habitation est pertinente pour de nombreux habitants de la capitale. Cela est dû au fait que d’ici 2010 à Moscou, ils ont l’intention de démolir des maisons déjà obsolètes ou en mauvais état..

image

Les motifs d’expulsion sont les décisions du gouvernement de Moscou:

– sur les réparations majeures de bâtiments résidentiels, s’il est impossible de les réaliser sans quitter les locaux d’habitation et réinstaller les citoyens;
– sur la reconstruction de bâtiments résidentiels;
– sur la conversion de bâtiments résidentiels et de locaux d’habitation impropres à l’habitation en bâtiments non résidentiels;
– sur la démolition de bâtiments résidentiels menaçant de s’effondrer, reconnus de la manière prescrite comme urgents ou impropres à l’habitation et irrécupérables;
– sur la saisie d’une parcelle de terrain pour les besoins de l’Etat ou de la commune en relation avec la nécessité de nouvelles constructions et de développement de territoires;
– sur la démolition de bâtiments résidentiels dans le cadre de la mise en œuvre de programmes de logement urbain.

Sur la base de ces documents, le préfet de l’arrondissement administratif prend une décision sur la réinstallation des citoyens. Il indique les motifs de la libération d’un immeuble résidentiel, une personne morale (individuelle) effectuant la réinstallation ou versant une compensation monétaire au propriétaire, les conditions de conclusion des accords préliminaires, les conditions de réinstallation des propriétaires, locataires, locataires et autres personnes d’un immeuble résidentiel, les sources de financement des frais de réinstallation et d’autres conditions essentielles libération d’un immeuble résidentiel.

Garanties des propriétaires

Le propriétaire expulsé reçoit une indemnité préalable et équivalente en espèces ou en nature – au choix.

Si le propriétaire préfère l’argent, le montant de l’indemnité doit correspondre à la valeur marchande du logement libéré. Une compensation monétaire est versée au propriétaire sous forme non monétaire et est destinée à l’achat de locaux résidentiels. Mais vous pouvez utiliser ces fonds à d’autres fins si le propriétaire a un espace de vie différent, à l’égard duquel le propriétaire a un droit d’utilisation indépendant. L’évaluation de la valeur vénale des locaux d’habitation est effectuée par des experts professionnels selon un référentiel d’évaluation unifié à l’initiative de l’une des parties aux frais du réinstallateur.

Lorsqu’il fournit au propriétaire un logement à titre de compensation en nature, le nombre de chambres qu’il contient ne doit pas dépasser le nombre de chambres dans les locaux libérés.

Des locaux d’habitation situés dans des zones à développement de masse, dépassant le montant de l’indemnité établie en valeur, peuvent être attribués aux propriétaires des citoyens dans l’ordre de remboursement, si les personnes effectuant la réinstallation disposent d’un espace. Si le propriétaire a accepté de telles conditions, la surtaxe est prélevée au coût de la construction, si dans les locaux d’habitation achetés pour chaque résident, il n’y a pas plus de 25 m2. m de la superficie totale (pour les citoyens vivant seuls – jusqu’à 40 m² de la superficie totale), en tenant compte de la superficie totale de tous les locaux résidentiels appartenant aux citoyens et occupés par eux en vertu d’un contrat de bail. La personne qui s’installe effectue la réinstallation des citoyens ou rembourse les frais de déplacement des citoyens vers un nouveau logement.

Pour reloger un citoyen, il faut formaliser ces relations. En règle générale, la relation entre la personne expulsée et le propriétaire du logement est officialisée par des accords – préliminaires et de base.

Un contrat préliminaire est conclu avant le début des travaux de reconstruction, de révision, de rééquipement, de démolition d’un immeuble résidentiel. Il sert de base à la conclusion de l’accord principal sur la résiliation de la propriété des locaux d’habitation appartenant au propriétaire et la fourniture au propriétaire d’une indemnité préliminaire et équivalente en valeur en nature (indemnité), ainsi que sur l’établissement des droits des parties sur les locaux d’habitation libérés et fournis à titre d’indemnité. En règle générale, après la conclusion de l’accord préliminaire, le propriétaire n’a pas le droit d’aliéner les locaux d’habitation, ni de faire d’autres transactions qui violent l’accord préliminaire.

Le contrat préliminaire n’est pas conclu:

– après avoir conclu un accord oral entre les parties sur toutes les conditions d’octroi d’une compensation (compensation);
– lors du déplacement des propriétaires d’immeubles résidentiels d’urgence.

Le contrat principal est conclu sous une forme écrite simple et est soumis à l’enregistrement de l’État auprès de l’organisme qui enregistre les droits immobiliers et les transactions avec lui. Les frais liés à l’enregistrement public du contrat sont à la charge de la partie réinstallée.

Le contrat principal est conclu aux termes et conditions établis dans l’avant-contrat. Un tel accord doit nécessairement prévoir le type de compensation sous la forme:

– d’autres locaux d’habitation confortables de valeur égale;
– remboursement préalable et équivalent de la valeur du logement libéré sous forme non monétaire dans le cadre d’un contrat de vente et d’achat avec transfert du montant de l’indemnité sur le compte bancaire du propriétaire du logement libéré sans fournir un autre logement;
– mise à disposition d’autres locaux d’habitation pour la période des réparations majeures tout en conservant la propriété des locaux d’habitation réparés.

Si pour le propriétaire le logement est le seul lieu de résidence et qu’il choisit une compensation monétaire comme compensation, alors en plus de l’indemnité, il reçoit une compensation pour les réparations autres qu’en capital de la maison d’habitation. Il peut être utilisé exclusivement pour l’achat d’autres logements. Lorsque le propriétaire sélectionne un logement sur le marché immobilier, les fonds crédités sur le compte bancaire cible du propriétaire sont transférés au vendeur du logement sous une forme non monétaire.

Garanties pour les employeurs

Les locataires expulsés disposent d’un autre espace de vie confortable. La taille de la superficie totale de l’espace de vie doit correspondre à la disposition pour un citoyen et les membres de sa famille inscrits au lieu de résidence dans l’espace de vie libéré à la date de la décision, y compris les enfants nés après celle-ci. Dans le même temps, tous les quartiers d’habitation dont les citoyens et les membres de leur famille ont un droit d’utilisation indépendant sont pris en compte, ainsi que les transactions civiles effectuées par les citoyens et les membres de leur famille disposant d’un logement, mais pas plus de cinq ans avant qu’une décision ne soit prise..

Un locataire dont la superficie dépasse le taux de mise à disposition se voit attribuer un logement à hauteur d’au moins la norme sociale établie par personne, et le locataire et les membres de sa famille qui ont droit à un espace supplémentaire et l’ont effectivement utilisé, en tenant compte de l’espace supplémentaire qui est à leur usage.

A partir du moment de la décision de quitter le logement, l’augmentation ultérieure de la composition de la famille n’entraîne pas une révision de la décision de mise à disposition du logement dans le cadre d’un contrat de location sociale préalablement proposé au citoyen et aux membres de sa famille. Mais il y a des exceptions:
– la préservation du droit des citoyens au logement, qui n’a pas été pris en compte lors de la décision de fournir un logement; l’installation des mineurs;
– reconnaissance du droit au logement d’un citoyen sur la base d’une décision de justice.

En cas de refus de la surface habitable mise à disposition dans le parc de logements à usage social, le locataire, par accord des parties, pourra se voir octroyer une subvention pour l’achat de surface habitable. Sa taille est égale au coût du logement social fourni. Le coût du logement social, sur la base duquel les subventions sont calculées, est déterminé comme la valeur marchande moyenne des logements dans les maisons de série standard dans les zones de développement de masse.

Conditions d’expulsion

Les personnes qui sont propriétaires et locataires de locaux d’habitation dans un immeuble vacant sont avisées de la décision prise par écrit dans les deux semaines suivant la date de la décision. Un accord préalable avec le propriétaire des locaux d’habitation est conclu dans les conditions précisées dans la décision. Le contrat principal est conclu dans les conditions spécifiées dans l’avant-contrat.

Le logement est libéré par le locataire au plus tard un mois après la conclusion du contrat de bail pour l’espace de logement fourni, par le propriétaire – dans les conditions spécifiées dans le contrat principal, mais au plus tard un mois après réception du document sur la propriété du logement ou après avoir reçu une compensation monétaire (compensation ) en taille réelle.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité