Maçonnerie en moellons

La maçonnerie en moellons est une maçonnerie de pierres naturelles qui ont une forme irrégulière, avec deux surfaces approximativement parallèles (lits). Les pierres naturelles adaptées à la maçonnerie comprennent le calcaire, le grès, la roche coquillière, le tuf, le granit, ainsi que les pavés pour la construction de fondations pour les bâtiments jusqu’à deux étages. Utilisés dans la construction, les moellons pèsent généralement jusqu’à 30 kg. Les plus grosses pierres sont pré-divisées en plus petites. Ce processus est appelé plinthe. Simultanément avec le socle, les coins pointus des pierres sont coupés, le soi-disant épinglage des pierres est effectué, en ajustant leur forme à un parallélépipède. Pour le plissage des pierres, un marteau rectangulaire pesant environ 5 kg est utilisé et pour le traitement des pierres – un marteau-came pesant 2,3 kg, avec lequel les angles vifs sont clivés (Fig.1). Avec le même marteau, les moellons sont renversés et fendus lors de la pose. En plus des outils illustrés à la fig. 1, les mêmes outils sont utilisés dans la maçonnerie en moellons que dans la brique.

Figure. 1. Outils pour la maçonnerie en moellons.
a – pilon métallique; b – marteau-came.

Avec la pose de gravats, il est difficile d’obtenir un habillage aussi complet qu’avec la pose de briques, car les pierres n’ont pas la forme correcte et ne sont pas de la même taille. Par conséquent, la sélection et la disposition des pierres en rangées de verst et à l’arrière de la maçonnerie sont effectuées pour assurer un habillage de manière à ce que lors de la construction de murs, les pierres puissent être posées en alternance: soit avec le côté long – avec des cuillères, puis avec le côté court – avec un jab. Par conséquent, dans chaque rangée de maçonnerie, les pierres de crosse et de cuillère sont successivement alternées en verstes et en zabutka. Dans les rangées adjacentes, des pierres de cuillère sont posées au-dessus des pierres de bout et des pierres liées au-dessus de celles de la cuillère. De cette manière, l’habillage des joints de la maçonnerie en moellons est fourni, ce qui est similaire à l’habillage de la chaîne lors de la pose à partir de briques. De plus, les pierres sont disposées en rangées aux intersections et dans les coins des murs (Fig.2).



Figure. 2. Bander la maçonnerie en moellons.
a – murs; b – traversant les murs; в – coins.

Lors de la pose, les pierres sont sélectionnées et ajustées de manière à créer, si possible, la même hauteur d’une rangée de maçonnerie dans la plage de 20 à 25 cm et des joints horizontaux. Dans ce cas, vous pouvez poser 2-3 pierres fines dans une rangée de maçonnerie, et certaines grosses pierres peuvent être incluses dans 2 rangées de maçonnerie adjacentes. La maçonnerie en moellons est réalisée «sous l’omoplate», «sous le support» et «sous la baie» (Fig. 3).

Figure. 3. Types de maçonnerie en moellons.
a – « sous l’omoplate »; b – sous le « crochet »; c – dans le coffrage; g – surprise.
1 – pierres jalons; 2 – solution; 3 – base posée avec des gravats; 4 – pierres de lit de la première rangée.

La pose sous « l’omoplate » est réalisée en rangées horizontales de 25 cm d’épaisseur avec la sélection et l’épinglage des pierres, le clivage (remplissage) des vides et le bandage des coutures. La première rangée du bas est posée sur une base préparée sèche à partir de grosses pierres stratifiées faisant face au lit. Pour que les pierres s’adaptent parfaitement à la base, elles sont bouleversées par un pilon. Ensuite, les vides entre eux sont remplis de petites pierres ou de pierre concassée et remplis d’une solution liquide (avec un tirant de cône de 13-15 cm) jusqu’à ce que tous les vides entre les pierres soient remplis. La pierre concassée est également compactée par bourrage. De plus, la pose est effectuée dans l’ordre, en observant le pansement, sur une solution plastique. La mobilité du mortier de maçonnerie doit correspondre à l’immersion du cône de référence de 4-6 cm.

Le processus de maçonnerie utilisant la méthode «sous l’épaule» est effectué dans l’ordre suivant. Chaque ligne suivante commence par l’empilement de verstes. Avant la construction des verstes intérieurs et extérieurs aux coins, aux intersections et tous les 4 à 5 m sur des sections droites du mur, des pierres de phare sont posées sur une solution. Sur les pierres du phare des deux côtés de la maçonnerie, ils tirent les amarres, le long desquelles, en cours de pose, ils vérifient la rangée horizontale et la rectitude de la face avant des fondations et des murs. Les pierres pour les rangées de verst, sélectionnées en hauteur, sont d’abord disposées à sec afin de trouver la position la plus stable dans la maçonnerie. Ensuite, la pierre est soulevée, une couche de mortier de 3 à 4 cm d’épaisseur est posée et la pierre est enfin installée, en la tassant avec un marteau. Après avoir posé les verstes, ils commencent à remplir le zabutka.

Le mortier de support, comme pour les rangées de verst, est alimenté avec une pelle et étalé avec un excès de sorte que lors de la pose des pierres, il est pressé dans les joints verticaux entre les pierres. Zaboutka peut être fabriqué à partir de pierres de toutes tailles et formes avec un ajustement serré (sans balancer) sur le lit et avec le respect de l’habillage, en alternant les coups avec des cuillères. Pour un ajustement plus serré, les pierres sont renversées avec un pilon ou un marteau. Il est nécessaire de s’assurer que les pierres n’entrent pas en contact les unes avec les autres sans mortier, car cela réduit considérablement la résistance de la maçonnerie. Après avoir posé la zabutka, la maçonnerie est clivée, déposant de la pierre concassée et de petites pierres dans la solution avec de faibles coups de marteau. La surface de la rangée de maçonnerie posée est nivelée en ajoutant du mortier uniquement aux évidements entre les pierres. Les rangées suivantes de maçonnerie sont réalisées dans la même séquence.

La maçonnerie « sous le support » est utilisée dans la construction de murs et de piliers. Cette maçonnerie est une sorte de maçonnerie en «omoplate», et elle est constituée de pierres de même hauteur, sélectionnées à l’aide d’un gabarit.

La maçonnerie avec une face avant épinglée est également un type de maçonnerie «sous l’omoplate». Lors de la réalisation de cette maçonnerie, des irrégularités sur la surface avant des pierres posées dans le verst extérieur ou intérieur sont pré-creusées. Avec une épingle sur la surface avant, les piliers et les murs du sous-sol sont généralement disposés.

La pose dans le coffrage par la méthode « sous la lame » est effectuée pour obtenir une surface lisse des deux côtés du mur avec des moellons à faible pente et inégaux. Dans ce cas, la sélection de pierres plus stratifiées pour les rangées et les coins verst n’a pas besoin d’être effectuée.

La pose «sous la baie» est faite de gravats déchirés ou de pavés sans sélection de pierres et disposition de rangées de verst. La pose «sous la baie» est réalisée dans le coffrage, qui est installé dans les tranchées après la fin des travaux d’excavation. Si le sol est dense, avec une profondeur de tranchée allant jusqu’à 1,25 m, il est possible de poser la maçonnerie sans coffrage avec les murs de la tranchée. La première couche de moellons d’une hauteur de 20-25 cm est posée sur une base sèche sans mortier, un longeron avec des murs et compactée par bourrage. Remplissez ensuite tous les espaces entre les pierres avec de la pierre fine et des gravats. La couche posée est versée avec une solution liquide afin que tous les vides soient remplis. La pose ultérieure est effectuée de la même manière en rangées horizontales de 20 à 25 cm de hauteur, en remplissant chaque rangée de maçonnerie avec du mortier.

En raison de sa faible résistance, la maçonnerie en moellons «sous la baie» n’est autorisée que pour les fondations de bâtiments jusqu’à 10 m de hauteur et uniquement lors de la construction sur des sols non affaissés.

La maçonnerie utilisant le compactage par vibration a une résistance de 25 à 40% supérieure à la résistance de la maçonnerie réalisée par la méthode «sous la lame». Les pierres sont posées dans l’ordre suivant: 1ère rangée – sèche, les vides entre les pierres sont remplis de gravier, puis le mortier est étalé avec une couche de 40 à 60 cm et la maçonnerie est compactée jusqu’à ce que la solution cesse de pénétrer dans la maçonnerie. Ensuite, la rangée suivante de pierre est posée sur la solution dans la méthode « sous l’omoplate », recouverte d’une solution et compactée à nouveau. Une telle maçonnerie est réalisée dans un coffrage ou un renflement avec des murs de tranchée dans des sols denses..

La maçonnerie cyclopéenne est utilisée lorsque vous devez créer une surface décorative. Pour ce faire, la maçonnerie en moellons est réalisée selon la méthode « sous l’omoplate », et des pierres spécialement sélectionnées sont utilisées pour la surface avant de la maçonnerie, en les plaçant en rangées verticales de manière à créer un motif de joints entre elles.

Figure. 4. Maçonnerie cyclopéenne.

Ces coutures sont également convexes (2-4 cm de large) et brodées. Parfois, des pierres grossièrement taillées sont utilisées pour poser les coins, en les posant dans un bandage avec la maçonnerie du mur. Le revêtement cyclopéen de maçonnerie en moellons ordinaires avec des pierres de lit après la construction de la maçonnerie est également utilisé.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité