Pose et pose de tuiles bitumineuses

Points d’article



Aujourd’hui, nous allons nous familiariser plus en détail avec les bardeaux de bitume et découvrir quelle technique d’installation est considérée comme correcte. Le toit souple est très fermement ancré dans la pratique de la construction, néanmoins, la plupart des travaux d’installation et de pose sont effectués en violation des règles technologiques.

Pose et pose de tuiles bitumineuses

Caractéristiques des carreaux souples

Les bardeaux bitumineux peuvent à juste titre être considérés comme un revêtement de toiture unique. Offrant une excellente étanchéité, il présente également un excellent aspect et permet d’équiper des toitures complexes même avec des configurations très complexes. Cependant, pour le dispositif d’un toit bitumineux à partir d’éléments en pièces, il faut bien connaître le principe de fonctionnement d’un tel revêtement et un certain nombre de nuances spécifiques.

Structure de bardeauxLa structure de la tuile bitumineuse: 1 – couche auto-adhésive; 2 – bitume modifié; 3 – couche de renforcement (fibre de verre); 4 – vinaigrette minérale

L’élément principal des carreaux souples est appelé bardeaux. C’est une bande d’un mètre de long, 30–35 cm de large, et se compose de deux parties. Dans la partie supérieure du bardeau se trouve une ceinture rectangulaire, qui offre une protection fiable contre les fuites d’eau stagnante, même sur des pentes douces. La partie inférieure en forme de dents a une fonction protectrice et décorative, elle recouvre les ceintures des éléments de la rangée inférieure, tandis qu’elle contient elle-même une poudre de granulat minéral qui protège les carreaux de la glace, du soleil et des dommages mécaniques. En raison du chevauchement des bardeaux les uns sur les autres et de leur collage de haute qualité, une excellente protection contre l’humidité et une isolation des fixations de l’atmosphère sont fournies.

Tuiles souples

Avec tous ses avantages, les tuiles souples ont une technologie d’installation complexe, qui peut présenter des différences spécifiques selon le format et le type de bardeaux. Les instructions du fabricant constituent la base pour comprendre les nuances de l’installation. Il indique la disposition des fixations, l’ordre de pose, ainsi que l’ensemble du processus technique de réalisation des connexions et d’installation des éléments de protection du toit.

Système de chevrons et lattage

Les bardeaux souples ne peuvent être placés que sur un revêtement solide. Il n’est pas nécessaire qu’il s’agisse d’un revêtement de sol à rainure et languette; le revêtement du système de fermes avec des matériaux en feuille est plus préférable. Parmi ces derniers, nous recommandons les classes de résistance à l’humidité OSB 3 et 4 ou le contreplaqué résistant à l’humidité d’une épaisseur de 12 mm ou plus avec un pas accru des pieds de chevron. La teneur en résines de formaldéhyde dans les panneaux ne joue aucun rôle. Si une promenade est installée, le bois doit être placé avec le côté étroit des nœuds vers le haut, de sorte que s’ils sont pressés, aucune boursouflure ne se forme sur le revêtement. Les planches sont fixées à chaque support avec des vis autotaraudeuses avec une profondeur de préhension d’au moins 60 mm, chaque nœud a deux points de fixation.

Les plaques sont vissées directement sur les pieds ou les fermes des chevrons afin que les joints soient situés le plus près possible du centre des supports. Les joints horizontaux sont fixés en installant des cavaliers supplémentaires sous le fond. Les matériaux en feuille peuvent être fixés avec des vis autotaraudeuses ou des clous brossés à partir de 50 mm, l’étape de fixation de la partie plate ne dépasse pas 30 cm, les bords – jusqu’à 15 cm Si vous prévoyez d’isoler le toit, une membrane pare-vent transparente à la vapeur est déroulée devant le revêtement en feuille, un contre-rail d’une épaisseur de 25 mm est rempli, puis étiré film d’étanchéité. En raison des contre-rails, de l’air se forme, qui sort du bas vers la barre d’égouttement, dans la partie supérieure des pentes, une rainure de faîte d’échappement est équipée ou des évents de ventilation sont installés.

Une attention particulière doit être portée à la réalisation des joints entre les dalles. Ici, il est impératif de laisser un espace de dilatation de 3 à 5 mm pour une dilatation libre du matériau contre les fluctuations d’humidité et de température. Tous les joints doivent ensuite être remplis de bitume fondu ou revêtus de mastic à froid. La surface OSB doit être inspectée pour les copeaux détachés, les capuchons de fixation saillants, si nécessaire, une ébauche abrasive doit être effectuée.

Préparation à l’installation: matériaux et outils

Le dispositif d’une toiture de haute qualité en bardeaux bitumineux est impossible sans une base de matériau appropriée. En plus des bardeaux eux-mêmes et de la sous-couche, une quantité importante de mastic bitumineux ou de colle élastomère bitumineuse sera nécessaire. En outre, il devrait y avoir suffisamment de tapis pour les corniches et les vallées, les tuiles faîtières, les bandes de vent et de corniche. La toiture bitumineuse est très vulnérable aux intempéries, par conséquent, la protection des culées doit être effectuée immédiatement après la pose du revêtement, ce qui signifie que tous les matériaux nécessaires doivent être disponibles..

Les outils nécessaires peuvent être divisés en deux groupes: à usage spécial et général. Dans la catégorie de ces derniers, vous aurez besoin de spatules et de brosses de différentes tailles, d’un couteau d’assemblage sectionnel, d’un marteau, d’un levier avec une cloueuse, d’un tournevis, d’un pistolet à seringue et de ciseaux à métal. Des outils de marquage sont également nécessaires: une ligne de teinture, une ligne d’amarrage, de la craie et un ruban à mesurer d’une longueur suffisante. Des outils spéciaux, un couteau incurvé est nécessaire, conçu pour couper les carreaux et la sous-couche, ainsi qu’une cloueuse. Il ne sera pas possible de se passer de l’utilisation d’un sèche-cheveux de construction électrique, qui chauffe la colle sur les surfaces adjacentes des bardeaux.

Outil pour la pose de bardeauxOutil pour la pose de bardeaux: 1 – spatules; 2 – pinceaux; 3 – couteau de montage; 4 – marteau; 5 – monture; 6 – tournevis; 7 – pistolet à scellant; 8 – ciseaux à métaux; 9 – corde à découper; 10 – ruban à mesurer; 11 – cloueuse; 12 – un couteau pour tuiles bitumineuses; 13 – bâtiment sèche-cheveux; 14 – ceinture de sécurité

Il y a beaucoup de controverse quant à savoir s’il est obligatoire d’utiliser une cloueuse automatique. En fait, une installation de haute qualité ne peut être effectuée qu’à l’aide d’une cloueuse. Le fait est que le vernis qui retient les clous dans la cassette fond lorsqu’il est martelé et adhère fermement aux matériaux adjacents. Dans le même temps, la galvanisation de la fixation n’est pas perturbée et aucun point vulnérable n’est formé au point de fixation, respectivement, l’apparition de fuites dans le temps est garantie d’être exclue..

Il ne sera pas superflu de souligner l’importance d’assurer la sécurité lors des travaux de toiture. Sur les pentes avec une pente de plus de 7 °, il est permis de travailler uniquement dans les ceintures de sécurité, tandis que les échafaudages doivent être érigés sous des pentes avec une pente de plus de 20 °. Sur les toits avec une pente de 30 ° ou plus, seules les échelles peuvent être utilisées.

Sous-couche et piliers

Il peut sembler que les bardeaux fournissent à eux seuls une protection absolue contre les fuites, mais ils ne le sont pas. Premièrement, une imperméabilité absolue ne peut être garantie sur les bords du revêtement, et deuxièmement, même sur des zones plates avec une petite pente, de la glace fondante se formera inévitablement et avec le temps, l’eau trouvera sûrement son chemin dans les profondeurs du gâteau. Par conséquent, un tapis de revêtement doit être disposé sous les carreaux – une mesure supplémentaire de protection contre le mouillage du revêtement et du système de support.

Sur les toits avec une pente de plus de 20 °, le tapis de revêtement est placé en une seule bande le long du bord de l’avant-toit, le long du bord du surplomb au vent, des deux côtés de la crête et de la vallée. Sur les pentes plus douces, le tapis doit être posé sur toute la surface de la pente, en prévoyant un chevauchement entre les toiles d’au moins 10-15 cm. Le tapis peut être roulé à la fois horizontalement, en partant du bas de la pente, et verticalement. Ce dernier est préférable sur les toits à forte pente, où le matériau se redresse bien sous son propre poids et ne se plisse pas lorsqu’il est fixé. Quel que soit le sens de pose, les tapis de sous-couche sont d’abord déroulés dans les vallées, et les coupes de toit sont imperméabilisées. Dans ce cas, la protection contre l’eau des plans principaux est autorisée sur les vallées et les culées sur une largeur d’environ 15-20 cm.

La pose du tapis s’accompagne du scellement de tous les joints. Les chevauchements entre les toiles doivent être enduits de colle élastomère, en particulier pour les zones du tapis qui adhèrent à l’imperméabilisation des vallées et des coupures. Le tapis est fixé mécaniquement à la base – avec des clous galvanisés brossés de 20 mm de longueur avec un pas de 20–25 cm et une distance de 6–8 cm du bord. La ligne d’attache de chaque rangée est recouverte du bord de la toile sus-jacente. Dans la partie inférieure de la pente, le surplomb des avant-toits est garni d’une bande métallique avec un pas de fixation de 100 mm en damier. Sur les surplombs du toit, un bourrelet doit être cloué sous la forme d’un parclose de 40 à 50 mm de large. Dans le même temps, le tapis doit bien s’adapter à la planche et se glisser sous le surplomb du vent. Il est impératif de rapprocher l’imperméabilisation des plans principaux du coude de la crête, puis de recouvrir les deux pentes avec une toile commune d’au moins 200 mm de largeur de chaque côté, tandis que toutes les pièces adjacentes doivent être collées.

Technique d’installation correcte pour les bardeaux

La couche extérieure du toit, en plus des bardeaux, comprend d’autres éléments. Les tapis des vallées sont toujours installés en premier, ils sont cloués avec une encoche à partir du bord d’environ 40 mm avec un pas de 15 cm, les bords sont soigneusement enduits de mastic bitumineux durcissant. Après cela, l’installation de bardeaux de rideau rectangulaires est effectuée, qui doivent s’éloigner du coin de la bande de protection de 5 à 10 mm et être collées de manière fiable au métal..

Lorsque toutes les jonctions sont protégées, le revêtement est posé sur les plans principaux. Pour ce faire, il est impératif de mélanger des bardeaux de différents emballages afin d’éviter des manifestations à grande échelle de désaccord de couleur. Selon le type de bardeaux, l’ordre et la direction de l’installation peuvent différer, mais dans tous les cas, les bardeaux sont empilés de manière strictement séquentielle. La fixation de chaque élément est effectuée en quatre points et, si nécessaire, une résistance accrue aux charges de vent – à six endroits avec des empreintes égales. Les pièces adjacentes à tous les endroits où les bardeaux se chevauchent sont chauffées pour activer la colle et pressées fermement l’une contre l’autre; en hiver, une couche supplémentaire de colle est appliquée. Les bardeaux doivent couvrir toute la zone de la pente près de la crête et des extrémités, et dans les vallées – jusqu’à une ligne conditionnelle se retirant du centre de la gouttière de 100 à 120 mm.

Joints: patins, corniches et coupes de toit

Pour recouvrir les patins, une tuile de faîtage spéciale est utilisée, dont chaque bardeau est attaché à de la colle et des clous, tandis que l’élément suivant recouvre hermétiquement le point de fixation du précédent. Immédiatement après la finition du faîte sur les extrémités ouvertes des pentes du toit, le revêtement est coupé avec un léger décalage par rapport au bord et doit être cloué. Ensuite, l’ensemble est recouvert d’une bande de protection d’extrémité extérieure.

La toiture flexible est réputée pour sa capacité à couvrir des toits complexes avec un minimum de déchets, un avantage particulièrement utile pour sceller les interstices de toit pour les tuyaux de cheminée et de ventilation. Les communications domestiques sont généralement combinées en groupes de 2-3 canaux, qui sont enfermés dans un col rigide en bois et contreplaqué. Le tapis de revêtement et le revêtement de toit bitumineux sont posés avec un chevauchement sur le col, élevant les bords à une hauteur d’au moins 25 cm de la pente. Après cela, le tapis et les bardeaux doivent être soigneusement collés et cloués au cou, et les coupes doivent être goudronnées avec du mastic. L’ensemble de l’unité de jonction est ensuite recouvert d’un tablier de protection en fer à toiture.

Les évents de ventilation séparés sont plus faciles à utiliser. Pour eux, des coupes de toit spéciales sont utilisées – des cols d’étanchéité avec de larges poignets, conçus pour différents angles de la pente du toit et le diamètre des fils. Ce type de renfort est installé immédiatement avant la pose du tapis, puis toutes les couches du revêtement adjacentes à la découpe sont soigneusement scellées avec de la colle.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité