Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Points d’article



Dans cet article, nous parlerons d’un matériau de toiture relativement nouveau – le kéramoplast. Comparons les caractéristiques déclarées par le fabricant avec l’expérience d’utilisation réelle, calculons le coût d’aménagement du toit et donnons également des recommandations de base pour une installation correcte de ce revêtement.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Keramoplast, nouveau développement des scientifiques russes, est apparu sur le marché de la toiture au tout début de ce siècle. Pour sa production, un mélange de composants synthétiques et naturels est utilisé, qui n’inclut pas le phénol, l’amiante et les substances similaires extrêmement nocives pour les organismes vivants. La base du matériau est de l’argile blanche, à laquelle sont ajoutés des pigments colorants, des polyaffines et des polymères. Le mélange est chauffé et activement mélangé. La masse plastique homogène résultante est envoyée pour pressage, où des feuilles de la configuration et des dimensions souhaitées sont formées à partir de celle-ci. Ceci est suivi d’un refroidissement rapide du kéramoplaste fini.

Plus récemment, un nouveau type de matériau est apparu – le kéramoplaste, renforcé par un treillis en acier, ce qui augmente considérablement la résistance du revêtement. Ainsi, en vente, vous pouvez trouver deux principaux types de kéramoplaste. Le matériau est disponible dans une variété de couleurs et deux textures: lisse et rugueux. La gamme de revêtements comprend des tôles ondulées standard en trois profondeurs de vague et des tuiles qui simulent les tuiles traditionnelles.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Le revêtement est réalisé sous forme de feuilles de différentes tailles, la longueur maximale est de 200 cm.L’épaisseur du plastique céramique peut varier de 3 à 5 mm, la largeur de la plaque est en moyenne de 90 cm.La densité du matériau de toiture est de 1500 kg / m3. Le poids du panneau, selon la longueur, est de 9 à 17 kg. Une feuille couvre environ 2 mètres carrés. toit m. Les fabricants produisent également des couvercles de faîtage, des barres anti-vent et des capuchons de fixation spéciaux pour une installation de haute qualité du couvercle.

Avantages et inconvénients du kéramoplaste

Keramoplast se positionne comme un matériau de toiture avec d’excellentes caractéristiques de performance. Examinons-les plus en détail:

  1. Fabrication et plasticité. Le matériau, qui contient des polymères, est facile à traiter. Il peut être facilement scié, percé, coupé, plié et, après chauffage, il peut prendre n’importe quelle forme. Cependant, il convient de rappeler que le revêtement est plutôt cassant à froid. Par conséquent, si vous devez y percer un trou de fixation, vous devez utiliser une perceuse et ne pas percer la pièce avec un clou comme l’ardoise ou l’onduline..
  2. Le matériau est résistant à la pollution, aux milieux agressifs et aux micro-organismes. La moisissure ne se développe pas sur le revêtement, elle résiste aux sels, acides et alcalis. La contamination ne colle pas à une surface lisse et est facilement lavée par la pluie.
  3. La haute résistance permet au revêtement de résister à des charges extrêmes de vent et de neige. Selon cet indicateur, il arrive juste derrière les carreaux de céramique et l’ardoise. Les feuilles peuvent être réutilisées. Tout cela est vrai à condition que la caisse soit correctement installée.
  4. Une large gamme de températures auxquelles le toit peut être utilisé. Elle varie de -55 ° C à +80 ° C. Cela permet d’utiliser le kéramoplaste dans diverses conditions climatiques. Ceux qui utilisent le revêtement avertissent qu’à des températures négatives, il devient plutôt fragile, ce qui doit être pris en compte lors de l’installation pendant la saison froide..
  5. Faible conductivité thermique, ce qui fait du toit en céramoplast l’un des plus chauds.
  6. Facilité d’installation. La légèreté du revêtement lui permet d’être réalisé pratiquement seul. Un système bien pensé de fixation sur des vis spéciales avec des capuchons de protection vissés dans un trou pré-préparé rend l’installation rapide et facile.
  7. Respect de l’environnement. L’absence de bitume, de phénols, d’amiante et de substances similaires dans le matériau rend le revêtement absolument sûr. De plus, la présence de polymères et autres synthétiques est minime. Keramoplast, même avec un fort chauffage, ne libère pas de toxines dans l’air.
  8. Isolation phonique décente, vous permettant de ne pas entendre le bruit des gouttes de pluie sur le toit.
  9. Haute résistance aux rayons UV.
  10. Modifiabilité. Au cours du processus de fabrication du revêtement, une modification de ses propriétés est possible. Le résultat est un tissu avec une résistance accrue, une résistance à la lumière, etc..

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Ce sont les principaux avantages du kéramoplaste. Cependant, vous devez comprendre qu’ils ne peuvent être entièrement divulgués que si un matériel de qualité est acheté, ainsi que toutes les exigences de fonctionnement et d’installation sont remplies. Une caractéristique de la toiture peut être considérée comme sa nouveauté. Les premiers échantillons du matériau sont apparus sur le marché il y a environ 10 ans. Par conséquent, il n’est pas encore possible de suivre complètement la durabilité déclarée et la préservation des propriétés opérationnelles. Le fabricant garantit au moins 30 ans de service de revêtement impeccable, cela n’a pas encore été confirmé dans la pratique.

Cependant, une courte expérience d’exploitation a aidé à identifier ces inconvénients:

  1. Risque d’incendie. Le matériau est inflammable, inflammable et entretient la combustion. Des précautions particulières doivent être prises pour équiper les sorties de cheminée et autres zones potentiellement dangereuses d’incendie sur le toit..
  2. Résistance à la lumière insuffisante. Le fabricant garantit que le pigment colorant est réparti uniformément sur le matériau et reste inchangé pendant toute l’opération. Cependant, dans la pratique, vous pouvez remarquer la décoloration du céramoplaste. De plus, si le flux lumineux est intense, cela peut se produire dès la première année après l’installation.
  3. Les feuilles peuvent ne pas maintenir une épaisseur uniforme, ce qui crée certaines difficultés lors de l’installation.
  4. Les caractéristiques de conception du revêtement suggèrent sa fixation à la caisse à l’aide d’attaches spéciales. Des trous sont réalisés dans la feuille de kéramoplast, qui sont ensuite fermés avec des capuchons de protection spéciaux. La pratique montre que le matériau à partir duquel ils sont fabriqués est de courte durée et se dégrade rapidement. De plus, ils doivent être achetés « avec une marge », car des défauts se trouvent souvent dans la boîte. Certains développeurs refusent initialement de les utiliser, installant des vis autotaraudeuses avec un capuchon métallique.
  5. Les bandes anti-vent incluses avec le kéramoplaste peuvent se déformer à cause des changements de température.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Lors de la planification de l’achat de cette toiture, il faut garder à l’esprit qu’un assez grand nombre de fabricants peu scrupuleux sont apparus qui proposent «leur propre version» de ce matériau. Afin de réduire le coût de production, diverses impuretés y sont ajoutées, l’épaisseur de la feuille est réduite, etc. Naturellement, un tel revêtement ne pourra pas démontrer de bonnes caractéristiques de performances. Afin de ne pas acheter un tel «kéramoplaste», il est préférable d’acheter du matériel auprès d’entreprises de confiance..

Comparaison du céramoplast avec les revêtements traditionnels

Le plus souvent, les développeurs choisissent entre des feuilles de bitume moulées ou de l’onduline, des tuiles métalliques et du céramoplast. Comparons ces revêtements. La base de l’onduline et des matériaux similaires dans sa composition est la cellulose, qui à haute pression et température est saturée avec une solution de bitume mélangée à des pigments minéraux, une charge et du caoutchouc. Tuile métallique – une couverture de toit en acier profilé, qui est protégée de la corrosion par projection de polymère.

La résistance des revêtements varie considérablement. Pour l’onduline, cet indicateur est faible. De plus, à mesure que la température de l’air augmente, il commence à fondre et perd temporairement sa résistance, tandis que par temps froid, il devient cassant. Les tuiles métalliques et le kéramoplast sont très durables et résistants aux températures extrêmes et aux conditions météorologiques défavorables. La durée de vie de l’onduline est de 15 ans, la même chose pour une tuile métallique bon marché. Les modèles de revêtement métallique de qualité supérieure dureront plus longtemps, jusqu’à 50 ans. Keramoplast, selon les assurances des fabricants, doit servir pendant au moins 30 ans.

La solidité des couleurs de tous les matériaux est à peu près la même. Tous perdent leur couleur avec le temps. Ils sont également similaires en termes de facilité d’installation. Cependant, il existe également des différences. Ondulin est posé avec un chevauchement sur deux vagues, le kéramoplaste – sur une. Un revêtement bitumineux doux nécessite 20 attaches par m2. m, tandis que le kéramoplaste – seulement 10 pièces. Ainsi, en utilisant un nouveau revêtement, vous pouvez économiser environ 7% de matière, toutes choses égales par ailleurs. La tuile métallique est également posée avec un chevauchement, sa taille est de 150 mm. Cependant, la quantité de déchets lorsque vous travaillez avec elle est assez importante. Si le toit a une forme complexe, il peut atteindre 40%.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

La pratique montre qu’il est plus pratique de travailler avec du kéramoplaste. Il peut être facilement coupé avec une scie à métaux ordinaire ou une scie sauteuse. Certes, l’instrument devient rapidement terne et doit être changé. L’ouverture de l’onduline est plus difficile. Il est également fabriqué avec une scie à métaux, mais il doit être constamment lubrifié avec de l’huile pour éviter que la surface de sciage ne colle au bitume et que l’outil ne se coince. Sous la chaleur, la coupe est presque impossible: le bitume fond et «s’enroule» simplement autour de la scie. Pour travailler avec des carreaux métalliques, un outil spécial est nécessaire pour ne pas endommager le revêtement de protection en polymère, sinon le matériau est menacé par la corrosion.

Tous les matériaux de toiture comparés sont relativement légers et ne nécessitent pas de renforcement supplémentaire de la structure en treillis. Le principal inconvénient de l’onduline, comme le kéramoplaste, est l’inflammabilité. Le bitume inclus dans sa composition est assez inflammable et favorise la combustion. Les tuiles métalliques sont dépourvues de cet inconvénient, mais elles présentent une très mauvaise isolation phonique. Par conséquent, beaucoup l’abandonnent au profit de matériaux moins «bruyants». Le plus «écologique» des revêtements considérés est l’onduline, car il contient du bitume.

Le coût du kéramoplaste

Keramoplast est disponible en deux versions: sous forme de tôles ondulées et imitation de carreaux. Déterminez le nombre de feuilles complètes nécessaires pour le toit. Pour ce faire, divisez la surface du toit par la surface de la feuille. Pour un panneau avec une surface lisse, ce sera 1,55 sq. m, pour rugueux – 1,2 m2 m. Ainsi, vous pouvez obtenir le nombre approximatif de feuilles. Pour rendre le calcul plus précis, nous prenons en compte les dimensions de la crête et des pentes. Nous divisons la longueur de la crête par la largeur utile du panneau, arrondissons le résultat vers le haut ou vers le bas à 0,5. Reçu le nombre de lignes. Ensuite, nous divisons la longueur de la pente par la longueur utile de la feuille. Le résultat est également arrondi. Reçu le nombre de panneaux d’affilée. Ensuite, nous multiplions les valeurs et multiplions le résultat par deux, au cas où il serait censé couvrir un toit à pignon.

Pour les toiles simulant des tuiles, un algorithme de calcul similaire est utilisé. Pour une détermination approximative du nombre de feuilles, vous pouvez diviser la surface du toit par la surface utile du panneau, en tenant compte du chevauchement. Pour un matériau avec une surface rugueuse, ce sera 0,31 m2. m, pour lisse – 0,28 m2 m. Pour un calcul plus précis, nous déterminons le nombre de lignes en divisant la longueur de la crête par la largeur de la plaque et le nombre de feuilles dans une rangée, en divisant la longueur de la pente par la longueur de la toile. On multiplie les résultats obtenus et on les double si le toit est à pignon.

N’oubliez pas qu’en plus du kéramoplast, pour une installation correcte, vous aurez également besoin de barres anti-vent et de patins. Leur nombre est calculé très simplement. Nous divisons la longueur du faîte du toit par la longueur de la pièce, en tenant compte de la tolérance. Arrondissez le résultat à l’entier le plus proche. Le calcul est effectué de manière similaire pour la barre de vent. Le nombre de fixations est déterminé en fonction du fait qu’au moins 9 pièces plus une pièce de rechange sont nécessaires par feuille. On multiplie le nombre de feuilles par 10, on obtient le nombre de fixations. Lors de l’achat, vous devez tenir compte du fait qu’il y a 100 pièces dans un emballage avec des bouchons et que les vis autotaraudeuses sont emballées dans une boîte de 240 pièces.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Après avoir déterminé avec précision la quantité de matériau nécessaire, vous pouvez calculer le coût du toit fini. Les prix d’une feuille de kéramoplast commencent à 450 roubles, l’imitation de carreaux coûtera à partir de 150 roubles. Le coût des pièces de crête commence à 340 roubles, les lattes de vent – à partir de 280 roubles. Le prix de l’emballage des bouchons de protection est d’environ 100 roubles.

Caractéristiques de l’installation de revêtement

Keramoplast est posé sur la caisse. Il est équipé d’une planche de 30×100 mm et d’une barre de 50×50 mm. L’étape de la construction dépend de la pente du toit, avec son augmentation, l’étape du revêtement augmente également. Si la pente est inférieure à 10 °, un lattage plein est réalisé avec un recouvrement latéral de deux vagues et un recouvrement d’extrémité de 30 cm Une pente de 10 ° à 30 ° nécessite une construction avec un pas de 36 cm, un recouvrement latéral en une vague, un recouvrement d’extrémité de 15 cm. Une pente de plus de 30 ° suppose un pas de tournage de 475 mm, un chevauchement d’extrémité de 100 mm et un chevauchement latéral en une seule vague.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Après avoir préparé le lattage et y avoir appliqué des ignifuges et des antiseptiques, vous pouvez procéder à l’installation du céramoplast. La pose se fait horizontalement. Le processus commence du côté du bâtiment opposé à la façade, il sera donc possible de masquer visuellement les joints verticaux de connexion et le revêtement aura un aspect monolithique. Le plus souvent, l’installation dite en zigzag est utilisée, lorsque les joints de la rangée précédente tombent au milieu des feuilles de la suivante. Dans ce cas, les coins du revêtement monté ne sont pas coupés. Si les feuilles sont empilées sans décalage, leurs coins sont coupés à un angle de 45 °.

Séquence d’installation recommandée pour les grandes surfaces:

  1. Nous posons la rangée du bas.
  2. De là exactement à angle droit jusqu’à la crête, nous montons la rangée latérale.
  3. Nous posons tous les panneaux suivants, en nous concentrant sur les rangées inférieures et latérales.

Avant de commencer à fixer la feuille, nous vérifions soigneusement son emplacement et l’exactitude des chevauchements latéraux et d’extrémité. Pour fixer avec précision le panneau sur la caisse, tirez sur le cordon. Nous plaçons les attaches sur la ligne droite résultante. Nous attachons la feuille à la crête de la vague. Le nombre maximum de vis autotaraudeuses sur le premier panneau est de 30 pièces, sur tous les suivants – pas plus de 20.

La pratique a montré que le gonflement des feuilles est possible avec des changements brusques de température. Pour éviter ce phénomène désagréable, il est recommandé de percer des trous dans le matériau 3 mm plus grands que le diamètre des éléments eux-mêmes, ce qui donne une sorte de jeu qui empêche la déformation du revêtement. Les fixations doivent être serrées soigneusement, sans trop serrer, afin de ne pas provoquer de biais de la feuille.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Une fois tous les panneaux posés et fixés, la crête est montée. Les pièces sont installées séquentiellement à travers l’élément de verrouillage. Pour la fixation, utilisez des vis autotaraudeuses ou des clous avec capuchons de protection. L’étape de la fixation est égale à l’étape de fixation de la toile à la caisse. Il en résulte 12 parties par crête, six de chaque côté. Si l’angle de la crête ne coïncide pas avec l’élément de faîtage, la pièce est chauffée avec un chalumeau ou un sèche-cheveux de l’intérieur et se plie à l’angle souhaité.

Pour sceller le toit et masquer les extrémités des éléments de montage, une barre anti-vent est utilisée. Les pièces sont fixées avec six attaches qui se chevauchent sur la serrure. L’installation est commencée à partir du point bas, puis remonter jusqu’à l’extrémité de l’élément recouvert. Une aile est fixée au chevron d’extrémité et l’autre est fixée aux tôles de toiture. Le pas des attaches correspond au pas du lattage.

Keramoplast: une nouveauté prometteuse parmi les matériaux de toiture

Keramoplast est un revêtement de toiture relativement nouveau. Ses bonnes performances et son coût abordable attirent les développeurs. Cependant, il est impossible de garantir avec certitude que tous ses avantages « fonctionnent » vraiment, puisque le matériau n’a pas encore résisté à l’épreuve du temps. Dans le même temps, certains de ses avantages sont indéniables: prix raisonnable, respect de l’environnement, durabilité et bonne isolation phonique.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité