Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre: propriétés et application

Points d’article



Une humidité élevée est un facteur de risque majeur pour la plupart des matériaux de construction. Pour lutter contre ce phénomène, une large gamme d’agents a été développée, dont un hydrofuge. Nous vous dévoilerons en détail le thème de leur choix et de leur utilisation dans la construction de bâtiments en pierre..

Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre

L’effet destructeur de l’humidité

La principale raison de la perte de résistance et d’intégrité des matériaux de construction et de finition est la présence permanente d’humidité condensée dans leur épaisseur. Il existe plusieurs mécanismes principaux d’exposition qui entraînent divers effets négatifs..

L’érosion par le gel est la principale raison de la perte de résistance monolithique. Les particules d’eau emprisonnées dans la structure du matériau gèlent à basse température et augmentent de volume. Cela conduit à une rupture des liaisons structurelles et à une augmentation de la porosité. Au fil du temps, le matériau accumule de l’eau dans des volumes de plus en plus importants, c’est pourquoi l’effet négatif de la congélation augmente plusieurs fois.

Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre

L’eau est destructrice et liquide. Des matériaux tels que le béton cellulaire et le mortier de ciment de qualité inférieure sont détruits par des réactions chimiques en présence d’eau. Au final, l’effet négatif se traduit par la perte des propriétés chimiques des liants; les matériaux à base de plâtre sont particulièrement vulnérables à cet égard. Dans le processus, un effet négatif concomitant se produit – une violation de l’esthétique de la surface due à l’efflorescence formée.

Une forte augmentation de la conductivité thermique peut également être distinguée des principaux effets négatifs d’une humidité élevée. L’eau est le conducteur de chaleur le plus connu, son accumulation dans les structures du bâtiment entraîne une diminution significative de l’efficacité énergétique du bâtiment. L’effet est amélioré dans les couches externes lorsque l’humidité gèle – à l’état solide d’agrégation, il conduit la chaleur de manière beaucoup plus intensive.

Raisons de l’accumulation d’eau dans les structures

L’eau fait partie intégrante de l’écosystème et il est donc impossible d’exclure complètement son impact sur les projets de construction. Néanmoins, il est tout à fait possible de réduire l’accumulation d’humidité à des limites raisonnables, pour lesquelles vous devez connaître les principaux moyens de pénétration de l’humidité dans les structures du bâtiment..

Le plus évident d’entre eux est le coup direct des précipitations atmosphériques à la surface des murs. La structure de certains matériaux de construction implique une altération rapide de l’humidité en quelques dizaines d’heures après avoir été mouillée, ce qui élimine presque complètement l’effet négatif. Cependant, dans certains cas, l’humidité s’évapore de la surface du revêtement ou du plâtre à contrecœur, pénétrant de plus en plus profondément dans la structure hygroscopique.

Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre

Une autre façon est l’aspiration capillaire de la fondation ou des flaques d’eau accumulées sur la zone aveugle. Sous l’action de la tension superficielle, l’eau se propage rapidement à l’intérieur des matériaux avec au moins une certaine porosité prononcée, même avec une structure à cellules fermées. Pour réduire cet effet, l’absorption d’eau des structures en béton est réduite, des coupures horizontales de l’imperméabilisation sont aménagées, bien qu’il soit extrêmement rare de se débarrasser complètement du mouvement capillaire..

La troisième voie est la condensation de l’humidité provenant de l’intérieur du bâtiment. Les matériaux à haute perméabilité à la vapeur doivent être protégés par des membranes spéciales pour éviter les infiltrations de vapeur d’eau. Cependant, en pratique, le calcul des parois pour l’accumulation d’humidité et le déplacement du point de rosée n’est pas toujours effectué. Pour cette raison, la vapeur d’eau pénètre librement à travers les matériaux poreux et se condense dans la couche de finition, provoquant des fissures et un délaminage du revêtement au fil du temps..

Les hydrofuges et leur principe d’action

Pour comprendre comment l’humidité pénètre et s’accumule dans divers environnements, vous devez au moins vous familiariser superficiellement avec leur structure. La présence de pores est caractéristique de presque tous les matériaux de construction à l’exception du plastique ou du métal. La structure poreuse forme un labyrinthe de capillaires, le long de la surface duquel l’eau peut se déplacer sur de très longues distances.

L’efficacité de la répartition de l’humidité dépend principalement de la capacité de la surface interne des capillaires à être mouillée, c’est-à-dire à retenir un film d’eau. Plus la surface de ce film est grande, plus l’eau se propage rapidement et intensément à travers la structure. L’une des méthodes pour lutter contre ce phénomène est utilisée pour l’imperméabilisation, qui obstrue simplement les pores du matériau, le transformant en une barrière insurmontable aux liquides et aux gaz..

Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre

Le principe d’action des hydrofuges est différent. Ils modifient les surfaces formées par la structure du matériau de telle sorte que plus d’une molécule d’eau ne puisse y adhérer. En d’autres termes, une particule de vapeur d’eau peut brièvement « coller » à la paroi capillaire, mais cela exclut la possibilité de la fixation d’une deuxième particule et, par conséquent, la possibilité de condensation d’humidité disparaît.

Hydrophobisation pénétrante du béton

L’un des agents d’hydrophobisation les plus connus est le méthylsiliconate de sodium. C’est l’un des adjuvants pour béton les plus anciens et il est également utilisé comme barrière d’étanchéité pénétrante. Selon le principe d’action, le méthylsiliconate de sodium occupe une position intermédiaire entre les imperméabilisants et les hydrofuges, limitant le mouvement de l’humidité en profondeur dans le matériau en allongeant le labyrinthe formé par les pores, ainsi qu’en empêchant le mouillage efficace des surfaces.

Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre

En outre, les matériaux à base de silicone et de caoutchouc sont devenus très populaires comme imprégnations pour le béton. Contrairement à l’imperméabilisation pénétrante, de tels agents de protection imprègnent uniquement les couches supérieures de la surface, formant une imperméabilisation externe. L’essence de l’effet est que la surface ne peut attacher qu’un nombre limité de molécules d’eau, ce qui ne permet pas aux forces de tension superficielle d’augmenter jusqu’à ces valeurs auxquelles le mouvement capillaire est possible..

La différence la plus importante entre les hydrofuges et l’étanchéité pénétrante est l’absence totale de perturbations des échanges gazeux. De ce fait, l’altération rapide de l’eau restante qui a réussi à pénétrer dans la couche de surface est assurée et rien n’empêche le passage de la vapeur d’eau de l’intérieur des locaux de manière naturelle.

Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre

Agents de surface

Contrairement aux agents qui pénètrent profondément dans le matériau, les hydrofuges de surface ne modifient pratiquement pas la structure poreuse. Au lieu de cela, ils forment un réseau complexe de formations cristallines ou de chaînes polymères à la surface, qui empêchent l’humidité de s’accumuler en grandes quantités. Contrairement aux hydrofuges volumétriques, les hydrofuges de surface ne protègent pas contre l’aspiration capillaire de la fondation et ne contribuent pratiquement pas au déplacement de l’humidité du mur.

Les tensioactifs cationiques sont souvent utilisés comme hydrofuges de surface. L’effet de leur utilisation n’est pas seulement la formation d’un film hydrofuge à la surface du matériau, mais lui confère également des propriétés bactéricides. Pour cette raison, la formation de moisissures ou de prolifération de mousse est totalement ou partiellement exclue..

Hydrofuges pour la brique, le béton et la pierre

En outre, une large gamme de chimie de construction a été développée pour l’application de surface, basée soit sur des composés de sels de certains métaux, soit sur des substances organosiliciées – modifications du silicone. Les solutions les plus populaires d’alkylsiliconate de potassium sont le seul groupe de produits hydrofuges qui peuvent être dilués avec de l’eau. Ce sont les formulations les moins chères et les plus faciles à utiliser..

Les concentrés techniques de silicone, qui sont dilués jusqu’à 50 à 100 fois avec des solvants organiques avant utilisation, constituent un autre groupe de produits chimiques organosiliciés. La technologie d’utilisation de tels hydrofuges est plus compliquée, mais ils ne permettent pas d’acquérir un faux sous le couvert d’un produit original et se caractérisent également par une durée de vie plus longue..

Là où l’utilisation de déperlants est inutile

Malheureusement, toutes les structures de bâtiment ne peuvent pas être limitées dans l’absorption d’eau au moyen de l’hydrophobisation. Tout d’abord, cela s’applique aux matériaux à forte porosité, tels que la roche coquille ou le béton cellulaire « chaud ». Pour les protéger, il faut une couche protectrice de structure plus dense, qui est ensuite traitée avec un agent hydrophobe..

De plus, les hydrofuges doivent être utilisés avec le plus grand soin pour protéger les structures contenant des armatures en acier. La forte alcalinité de la plupart des produits améliore les processus de corrosion et réduit la durabilité. Par conséquent, pour le plâtre armé de treillis, ainsi que pour les structures en béton armé, uniquement l’utilisation d’imprégnations à base de solvants organiques qui ne forment pas de sels de métaux alcalins caustiques pendant le processus d’hydrophobisation.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité