Installation correcte des fenĂȘtres

Les avantages d’une fenĂȘtre de la plus haute qualitĂ© augmentent ou disparaissent en fonction de son appariement avec l’objet de construction….

Une unitĂ© de fenĂȘtre installĂ©e dans un bĂątiment doit rĂ©pondre Ă  un certain nombre d’exigences. Sa conception doit ĂȘtre coupe-vent et capable d’exĂ©cuter des fonctions d’isolation thermique et phonique. De l’extĂ©rieur, la fenĂȘtre ne doit pas laisser passer l’eau de pluie et les rayons ultraviolets, du cĂŽtĂ© de la piĂšce – air ambiant et humiditĂ©.

Les charges de puissance apparaissant dans la structure de la fenĂȘtre doivent ĂȘtre correctement transmises au corps de bĂątiment. Toutes les manifestations thermophysiques et mĂ©caniques dans les zones du dormant et de la structure du bĂątiment sont perçues et compensĂ©es par un joint au point de leur conjugaison. L’exĂ©cution professionnelle de cette couture, c’est-Ă -dire la gĂ©omĂ©trie, la fixation, l’isolation et l’Ă©tanchĂ©itĂ© correctement sĂ©lectionnĂ©es, sont d’une grande importance pour le respect des conditions Ă©numĂ©rĂ©es prĂ©cĂ©demment..

Le modĂšle Ă  plusieurs niveaux des fonctions du bloc de fenĂȘtre prĂ©sentĂ© dans la figure permet de juger d’une fenĂȘtre spĂ©cifique montĂ©e dans une structure de bĂątiment, Ă  quel point elle rĂ©pond aux exigences en raison de l’influence de l’environnement.

Niveau 1) correspond Ă  la surface conditionnelle sur laquelle est assurĂ©e la diffĂ©renciation du climat extĂ©rieur et du microclimat intĂ©rieur. Elle doit avoir lieu dans une zone au-dessus de la tempĂ©rature du point de rosĂ©e Ă  l’intĂ©rieur de la piĂšce. Avec une tempĂ©rature ambiante calculĂ©e de 20 ° C et une humiditĂ© relative de 50%, ce qui correspond Ă  une tempĂ©rature de point de rosĂ©e de 9,3 ° C, la surface de sĂ©paration doit ĂȘtre supĂ©rieure Ă  10 ° C. Ensuite, dans les conditions spĂ©cifiĂ©es, la condensation ne se formera pas sur les surfaces extĂ©rieures de la structure et Ă  l’intĂ©rieur de celle-ci. La probabilitĂ© de condensation peut ĂȘtre estimĂ©e par la nature des isothermes.

Niveau 2) peut ĂȘtre considĂ©rĂ© comme un espace fonctionnel dont le bon choix peut notamment assurer les propriĂ©tĂ©s d’isolation thermique et phonique de la fenĂȘtre pendant un certain temps. Dans le mĂȘme temps, la connexion avec le climat extĂ©rieur dans les systĂšmes fermĂ©s se produit le long de la frontiĂšre de cette zone fonctionnelle, et dans les systĂšmes ouverts – Ă  travers l’ensemble du systĂšme dans son ensemble. De maniĂšre gĂ©nĂ©rale, cela signifie que la zone fonctionnelle doit «rester sĂšche» et ne pas entrer en contact avec le microclimat de la piĂšce.

Niveau 3), au sens large, il empĂȘche l’eau de pĂ©nĂ©trer dans la structure de la fenĂȘtre (par exemple, lors d’une forte pluie) de l’extĂ©rieur. Un drainage contrĂŽlĂ© de l’eau de pluie doit ĂȘtre prĂ©vu dans la fenĂȘtre. De plus, il est nĂ©cessaire d’assurer l’Ă©vacuation de l’humiditĂ© accumulĂ©e dans la zone fonctionnelle. l’image de ceci ressemble Ă  un toit Ă  colombages.

La position mĂȘme de la fenĂȘtre montĂ©e peut aider Ă  empĂȘcher la formation de condensation Ă  l’intĂ©rieur de l’unitĂ© de fenĂȘtre, ainsi que dans la structure environnante. Il est recommandĂ© de le placer au milieu de l’Ă©paisseur de l’ouverture de la fenĂȘtre si la paroi extĂ©rieure ne comporte pas de couche isolante intermĂ©diaire, ou au niveau de la couche isolante si la paroi est isolĂ©e.

Comportement des joints lorsqu’ils sont exposĂ©s Ă  la chaleur et Ă  l’humiditĂ©

La rĂ©action du joint de raccordement Ă  la chaleur et Ă  l’humiditĂ© est dĂ©terminĂ©e par le climat intĂ©rieur et extĂ©rieur. Si les conditions climatiques suivantes sont prises comme calculĂ©es (selon DIN 4108, partie 3): tempĂ©rature intĂ©rieure 20 ° C, humiditĂ© relative de l’air 50%, tempĂ©rature extĂ©rieure moins 15 ° C, humiditĂ© relative de l’air 80%, puis point de rosĂ©e dans la piĂšce aux caractĂ©ristiques donnĂ©es le microclimat est d’environ 9,3 ° ĐĄ (pour plus de simplicitĂ©, nous arrondissons Ă  10 ° ĐĄ). Il est clair que dans de telles conditions, la tempĂ©rature dans les zones critiques de la structure du bĂątiment ne doit pas descendre en dessous de 10 ° C, sinon de la condensation se formera.

Il faut veiller Ă  ce que dans les parties de la structure du bĂątiment oĂč les basses tempĂ©ratures indĂ©sirables ne peuvent ĂȘtre Ă©vitĂ©es, il n’y ait aucune condition pour que la condensation se forme ou que l’humiditĂ© qui apparaĂźt puisse ĂȘtre Ă©liminĂ©e par diffusion ou Ă©coulement..

En raison de la diffĂ©rence de pression de vapeur entre les zones climatiques Ă  l’intĂ©rieur et Ă  l’extĂ©rieur des locaux, l’air chaud et humide des locaux peut pĂ©nĂ©trer dans le joint de jonction, ainsi que la diffusion de vapeur d’eau Ă  travers la structure du bĂątiment. Le risque de formation de condensation dans les cavitĂ©s du joint dĂ©pend de la tempĂ©rature et de l’humiditĂ© relative de l’air Ă  l’intĂ©rieur du joint. Lors de l’installation d’un Ă©lĂ©ment de fenĂȘtre, il est nĂ©cessaire de prendre toutes les mesures contre l’apparition d’humiditĂ© dans le joint. Si cela n’est toujours pas exclu, l’humiditĂ© doit pouvoir se diffuser vers l’extĂ©rieur, et pour cela, il est nĂ©cessaire que la rĂ©sistance du matĂ©riau de la structure du bĂątiment Ă  la pĂ©nĂ©tration de diffusion de la vapeur d’eau diminue dans la direction de l’intĂ©rieur vers l’extĂ©rieur. Autrement dit, le principe doit ĂȘtre observĂ©: l’intĂ©rieur est plus dense que l’extĂ©rieur. Bien entendu, dans ce cas, il est Ă©galement important d’assurer le niveau de protection externe (3), c’est-Ă -dire que l’unitĂ© de fenĂȘtre doit rester Ă©tanche lors de fortes pluies..

Protection thermique et ponts froids

Le transfert de chaleur dans la zone de reliure de l’unitĂ© de fenĂȘtre est largement dĂ©terminĂ© par sa position, ainsi que par la rĂ©partition correcte des couches isolantes dans cette zone. On entend par «pont thermique» une surface Ă  l’intĂ©rieur de laquelle, par rapport aux surfaces adjacentes, on observe une tempĂ©rature plus basse (on l’appelle donc aussi pont froid) et un flux thermique supplĂ©mentaire. Dans la zone du bloc de fenĂȘtre, un mur de brique ou de bĂ©ton est adjacent au cadre de la fenĂȘtre. La diffĂ©rence d’Ă©paisseur de ces Ă©lĂ©ments de construction conduit Ă  l’apparition inĂ©vitable de ponts thermiques, c’est-Ă -dire qu’il est impossible de se passer complĂštement de perte de chaleur dans la zone de liaison. La prĂ©sence d’une fenĂȘtre dans l’ouverture d’un mur monolithique se manifeste sur les graphiques sous la forme d’une forte distorsion des isothermes, dont la comparaison permet de dĂ©terminer comment positionner au mieux la fenĂȘtre dans la structure du bĂątiment afin de rĂ©duire les pertes de chaleur. Un isotherme, comme vous le savez, est une ligne reliant des points avec la mĂȘme tempĂ©rature. Son caractĂšre est dĂ©terminĂ© par la prĂ©sence de ponts thermiques dus aux caractĂ©ristiques du matĂ©riau ou de la gĂ©omĂ©trie (coins, arĂȘtes, etc.). Des ponts thermiques des deux types apparaissent dans la zone d’interface entre la fenĂȘtre et la structure du bĂątiment..

Graphiques isothermes

A l’aide de lignes isothermes, vous pouvez afficher les caractĂ©ristiques de tempĂ©rature inhĂ©rentes Ă  certaines conditions pour l’installation d’une fenĂȘtre dans l’ouverture d’un bĂątiment. Dans des conditions intĂ©rieures normales (20 ° C et 50%), l’isotherme de base de 10 degrĂ©s est le plus important pour Ă©valuer l’accouplement. Pour Ă©viter la formation de condensation devant le joint interne, cet isotherme doit traverser toute la partie interne de la structure. Moins il y a de coudes dans l’isotherme de 10 degrĂ©s, moins il y aura de fuite de chaleur Ă  l’interface. Des variantes de l’emplacement rĂ©ussi de divers blocs de fenĂȘtres dans des ouvertures de conceptions diffĂ©rentes sont illustrĂ©es dans les figures prĂ©cĂ©dentes..

Isolation de la couture d’accouplement

Outre la protection contre la pĂ©nĂ©tration d’humiditĂ©, il faut veiller Ă  assurer une isolation thermique et phonique parfaite du joint de raccordement. Afin de maintenir suffisamment la tempĂ©rature Ă  la surface intĂ©rieure de l’interface, tous les joints dans la zone du bloc de fenĂȘtre doivent ĂȘtre scellĂ©s avec un matĂ©riau isolant appropriĂ©. Sans une telle isolation, il existe un risque de refroidissement de la surface intĂ©rieure Ă  une tempĂ©rature infĂ©rieure au point de rosĂ©e, puis de l’humiditĂ© peut se former dans l’interface..

Mesures d’isolation thermique, humiditĂ© et acoustique

  • SĂ©paration « étanche Ă  la vapeur » des conditions climatiques intĂ©rieures et extĂ©rieures et accouplement correct selon le principe « plus serrĂ© Ă  l’intĂ©rieur qu’Ă  l’extĂ©rieur » pour Ă©viter la formation de condensation dans les coutures.
  • Isolation thermique du joint pour assurer une tempĂ©rature plus Ă©levĂ©e sur sa surface intĂ©rieure.
  • Avec des exigences accrues en matiĂšre d’isolation phonique du joint, l’isolation seule ne suffit pas. Le joint nĂ©cessite une Ă©tanchĂ©itĂ© supplĂ©mentaire Ă  l’aide de mastics injectĂ©s et / ou en ruban.
  • L’isolation acoustique des joints doit ĂȘtre supĂ©rieure d’environ 10 dB Ă  l’isolation acoustique des Ă©lĂ©ments d’accouplement. Il convient de garder Ă  l’esprit que les bandes d’Ă©tanchĂ©itĂ© comprimĂ©es satisfont aux spĂ©cifications de performance acoustique lorsqu’elles sont comprimĂ©es d’au moins 20 Ă  33% de l’Ă©paisseur initiale. La pression acoustique sur les bords est d’environ quatre fois, et aux coins mĂȘme seize fois plus qu’au centre de la piĂšce. Ainsi, le meilleur matĂ©riau d’insonorisation ne justifiera ses avantages que par une Ă©tanchĂ©itĂ© de haute qualitĂ© du joint d’accouplement..
  • Attaches

    Toutes les charges d’Ă©nergie se produisant naturellement dans la structure de la fenĂȘtre doivent ĂȘtre transmises Ă  la structure porteuse par les fixations. Les forces agissant dans le plan de la fenĂȘtre sont perçues par la structure du bĂątiment Ă  travers les blocs de support, qui ne devraient fonctionner que pour la compression. Les chevilles, garnitures et piĂšces similaires ne sont pas suffisantes pour absorber la charge. Il est important de s’assurer que les blocs sont correctement positionnĂ©s dans les coins du cadre de la fenĂȘtre, ainsi que dans les zones des poteaux et des barres transversales, et que les profilĂ©s de cadre ont une rĂ©sistance Ă  la flexion suffisante. Les dimensions des blocs de support doivent ĂȘtre choisies de maniĂšre Ă  ne pas interfĂ©rer avec le travail ultĂ©rieur de scellement de la couture. En termes de largeur de la base, le bloc doit correspondre Ă  l’Ă©paisseur d’installation du cadre. Les cales auxiliaires utilisĂ©es lors de l’installation doivent ĂȘtre retirĂ©es aprĂšs la fixation de la fenĂȘtre..

    En plus des blocs de support correctement sĂ©lectionnĂ©s et positionnĂ©s, il est nĂ©cessaire de sĂ©lectionner des fixations appropriĂ©es pour maintenir solidement la fenĂȘtre dans l’ouverture. En tenant compte du comportement des matĂ©riaux du cadre Ă  allongement linĂ©aire, les distances entre les points de fixation sont dĂ©terminĂ©es pour chacun d’entre eux. La distance entre les ancrages pour les fenĂȘtres en aluminium et en bois ne doit pas dĂ©passer 800 mm, pour les fenĂȘtres en plastique – 700 mm. La distance du coin intĂ©rieur doit ĂȘtre comprise entre 100 et 150 mm, ainsi que la distance entre le poteau ou la barre transversale et le cĂŽtĂ© intĂ©rieur du profilĂ© de cadre. Les critĂšres de sĂ©lection des Ă©lĂ©ments de fixation et des systĂšmes de fixation sont principalement les suivants:

  • caractĂ©ristiques des murs du bĂątiment;
  • conditions de construction (rĂ©novation / nouveau bĂątiment);
  • caractĂ©ristiques du matĂ©riau du cadre;
  • charges attendues.
  • Il est important de connaĂźtre les Ă©lĂ©ments suivants concernant les fixations utilisĂ©es.

    Chevilles de cadre (broches)

    Ils travaillent pour le cisaillement, le cisaillement et le pliage. Leur utilisation, en particulier Ă  des charges Ă©levĂ©es, est limitĂ©e en raison de la nĂ©cessitĂ© de maintenir une certaine distance entre le mur et le cadre de la fenĂȘtre. SĂ©lectionnez des chevilles de taille suffisante, en tenant compte des recommandations du fabricant.

    Pads de connexion

    Ils sont assez flexibles Ă  plier, ce qui leur permet de bien percevoir les mouvements longitudinaux des matĂ©riaux du cadre. En tant qu’attache, le tampon fonctionne principalement pour le cisaillement et est capable de supporter des charges plus Ă©levĂ©es que les chevilles. Cependant, les garnitures ne peuvent percevoir que des forces dirigĂ©es perpendiculairement.

    Ancres

    Ils peuvent supporter de lourdes charges. Ils sont utilisĂ©s, par exemple, pour la fixation de façades suspendues et de conditions similaires. Pour chaque type d’ancrage, des calculs statiques du poids admissible et de la charge de traction sont effectuĂ©s – ces donnĂ©es peuvent ĂȘtre comparĂ©es selon les catalogues de diffĂ©rents fabricants.

    conclusions

  • Les blocs de support sont utilisĂ©s pour transfĂ©rer les forces agissant dans la structure de la fenĂȘtre vers la structure du bĂątiment.
  • Les coussinets de support et les attaches ne doivent pas interfĂ©rer avec les travaux d’articulation ultĂ©rieurs.
  • La mousse de polyurĂ©thane, la colle et les matĂ©riaux similaires ne sont pas des attaches.
  • La fixation du bloc fenĂȘtre dans l’ouverture doit ĂȘtre assurĂ©e mĂ©caniquement.
  • Scellage

    Une mauvaise Ă©tanchĂ©itĂ© est souvent la cause de dommages Ă  un bĂątiment. L’humiditĂ© de la piĂšce ne doit pas pĂ©nĂ©trer dans le joint, et si cela ne peut ĂȘtre Ă©vitĂ©, il devrait ĂȘtre possible de drainer le condensat Ă  l’extĂ©rieur. Les couches d’Ă©tanchĂ©itĂ© et coupe-vent doivent, en principe, ĂȘtre installĂ©es Ă  l’intĂ©rieur des Ă©lĂ©ments de construction, et pour Ă©viter la pĂ©nĂ©tration de l’air et de l’humiditĂ© de la piĂšce dans la structure et dans les endroits oĂč la tempĂ©rature de surface est infĂ©rieure au point de rosĂ©e, l’humiditĂ© n’apparaĂźtra pas. Avec l’exĂ©cution correcte de l’unitĂ© de fenĂȘtre, le respect de cette exigence est assurĂ© au niveau (1).

    Largeur de couture

    La largeur du joint est dĂ©terminĂ©e par la mesure dans laquelle les matĂ©riaux du cadre sont soumis Ă  des changements dimensionnels, en fonction de la tempĂ©rature et de l’humiditĂ©. Le maintien de la largeur minimale du profil n’Ă©vite pas la nĂ©cessitĂ© de prendre en compte les donnĂ©es correspondantes pour les matĂ©riaux d’Ă©tanchĂ©itĂ©. Habituellement, les fabricants de ces produits indiquent la largeur de couture optimale..

    SystĂšmes d’Ă©tanchĂ©itĂ©

    Lors du choix d’un systĂšme d’Ă©tanchĂ©itĂ©, la conception de la paroi extĂ©rieure est prise en compte en premier. Dans les maisons anciennes, les joints dans les ouvertures ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s diffĂ©remment que dans les nouvelles constructions. Pour les nouveaux objets, des mĂ©thodes fondamentalement nouvelles d’attachement de blocs de fenĂȘtres peuvent ĂȘtre conçues. Lors de la rĂ©habilitation d’un ancien fonds, les contours des ouvertures de fenĂȘtres doivent souvent ĂȘtre prĂ©servĂ©s dans leur forme d’origine – cela limite le choix des systĂšmes d’Ă©tanchĂ©itĂ©, ainsi que la mĂ©thode d’accouplement et d’Ă©tanchĂ©itĂ© des joints. En fonction de l’objectif fonctionnel, des systĂšmes d’Ă©tanchĂ©itĂ© appropriĂ©s sont utilisĂ©s:

  • scellants injectĂ©s;
  • bandes d’Ă©tanchĂ©itĂ© pressĂ©es;
  • feuille d’Ă©tanchĂ©itĂ©;
  • Ă©lĂ©ments structurels (par ex. piĂšces moulĂ©es, bandes)
  • Ils peuvent ĂȘtre combinĂ©s intelligemment en tenant compte des exigences.

    Mastics injectables

    Outre le silicone largement utilisĂ© dans la construction, d’autres mastics injectĂ©s sont Ă©galement utilisĂ©s pour sceller les joints de fenĂȘtres: acrylique, polysulfure et polyurĂ©thane. L’une des propriĂ©tĂ©s les plus importantes d’un scellant est sa capacitĂ© Ă  percevoir les dĂ©placements relatifs du joint. Cela dĂ©pend du matĂ©riau et de l’Ă©paisseur du joint et est indiquĂ© en pourcentage. Dans le cas gĂ©nĂ©ral, pour la section de joint, on suppose que l’Ă©paisseur du mastic d doit ĂȘtre Ă©gale Ă  la moitiĂ© de la largeur du joint b (d = 0,5b). Pour rĂ©sister Ă  cette condition, il est nĂ©cessaire d’utiliser des matĂ©riaux d’Ă©tanchĂ©itĂ© Ă  cellules fermĂ©es non absorbants et de les poser en profondeur, de sorte que l’Ă©paisseur enlevĂ©e par le mastic appliquĂ© puisse ĂȘtre dĂ©terminĂ©e. Les mastics injectĂ©s doivent bien adhĂ©rer au support sur lequel ils sont appliquĂ©s. Par consĂ©quent, il est important d’Ă©valuer d’abord les propriĂ©tĂ©s d’adhĂ©rence des surfaces respectives. L’adhĂ©rence peut ĂȘtre considĂ©rablement amĂ©liorĂ©e en utilisant des primaires dits de premiĂšre couche. N’utilisez que les apprĂȘts d’Ă©tanchĂ©itĂ© recommandĂ©s par le fabricant qui conviennent aux deux cĂŽtĂ©s du joint..

    Joints de ruban

    Les bandes d’Ă©tanchĂ©itĂ© sont en mousse souple imprĂ©gnĂ©e et sont livrĂ©es hautement comprimĂ©es. Les courroies de diffĂ©rents fabricants varient en type et en conception. Contrairement aux mastics injectables, les bandes d’Ă©tanchĂ©itĂ© ne transfĂšrent que la charge de pression sur les surfaces d’Ă©tanchĂ©itĂ©, pas les forces de traction. Le ruban d’Ă©tanchĂ©itĂ© peut lisser la rugositĂ© de surface jusqu’Ă  environ 3 mm. La couture reste fermĂ©e et scellĂ©e. Par consĂ©quent, les bandes d’Ă©tanchĂ©itĂ© comprimĂ©es sont particuliĂšrement recommandĂ©es pour sceller les joints avec des surfaces en plĂątre, des plaques de plĂątre et d’autres matĂ©riaux dĂ©favorables Ă  la prise. Le ruban est impermĂ©able Ă  l’eau, Ă  la vapeur et au bruit, plus il est comprimĂ© et / ou plus il est large. PrĂ©parez le ruban d’Ă©tanchĂ©itĂ© Ă  utiliser dans les joints d’accouplement en fonction des conditions mĂ©tĂ©orologiques pendant les travaux d’Ă©tanchĂ©itĂ©. Par temps froid, il est recommandĂ© de prĂ©-tenir le ruban au chaud et, par temps chaud, de le refroidir si possible.

    Feuille d’Ă©tanchĂ©itĂ©

    Pour protĂ©ger les joints dans la zone des blocs de fenĂȘtres, des feuilles d’Ă©tanchĂ©itĂ© en matĂ©riaux polymĂšres du groupe PIB (polyisobutylĂšne) sont principalement utilisĂ©es. Les lames sont particuliĂšrement adaptĂ©es pour assembler des Ă©lĂ©ments de construction multicouches. Le collage est gĂ©nĂ©ralement utilisĂ© uniquement comme aide au montage. Dans les zones oĂč un ajustement sĂ»r garanti et une Ă©tanchĂ©itĂ© Ă  long terme sont nĂ©cessaires, il est recommandĂ© d’utiliser une protection mĂ©canique. La rĂ©sistance des feuilles de polymĂšre Ă  la diffusion de vapeur est si Ă©levĂ©e que lorsqu’elles sont posĂ©es Ă  l’extĂ©rieur, des trous de compensation supplĂ©mentaires doivent ĂȘtre rĂ©alisĂ©s. En rĂšgle gĂ©nĂ©rale, l’application de la toile se limite Ă  sceller les zones de l’interface supĂ©rieure et infĂ©rieure de la fenĂȘtre.

    Évaluer l'article
    ( Pas encore d'Ă©valuations )
    Ajouter des commentaires

    ;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!: