Comment les réseaux sociaux affectent votre cerveau

Le contenu de l’article



Les changements qui surviennent en raison du grand enthousiasme d’Internet commencent à peine à être explorés par des spécialistes. Les réseaux sociaux sont l’une des préférences des utilisateurs les plus importantes et les moins contrôlées. Dans le même temps, les changements qu’ils font dans l’esprit humain sont non seulement négatifs, mais aussi positifs.

Amélioration de la mémoire

En contact avec

De nombreux événements sont spécialement photographiés pour être publiés sur les réseaux sociaux. Ainsi, ils se souviennent bien mieux que les faits de la vie qui ne se reflètent pas sur les pages Internet. Ce qui est intéressant: la mémoire de l’événement ne dépend pas de l’importance de l’événement lui-même, seul le fait de la publication sur le réseau social compte.

Désir accru de récompenses

Le défilement des pages sur les réseaux sociaux devient plus excitant quand une personne voit combien de visiteurs aiment mettre leurs publications ou photos. Bien que cette évaluation virtuelle soit basée sur des préférences subjectives, pour de nombreux utilisateurs, elle est d’une grande importance. Dans ce cas, l’influence des réseaux sociaux sur le cerveau humain est négative, car elle conduit à l’émergence d’une dépendance aux opinions des autres.

Le désir de changer la réalité

Photos en réalité et sur les réseaux sociaux

Un autre inconvénient des réseaux sociaux est que les technologies numériques modernes facilitent la modification des images en disposant une version embellie de vous-même sur une page. La raison principale de ces actions est le désir de mieux voir aux yeux des utilisateurs. Ce faisant, les gens ne peuvent pas se débarrasser de se comparer aux autres, ce qui devient un attachement pathologique.

Distraction

Beaucoup de gens savent que sur le World Wide Web, le temps passe vite et vous fait souvent oublier les affaires courantes. Des études menées par des scientifiques étrangers montrent que les utilisateurs actifs des réseaux sociaux passent d’une tâche à une autre bien pire que ceux qui n’y passent pas beaucoup de temps. Il est difficile pour quiconque de suivre plusieurs flux d’informations, comme cela se produit sur Facebook et des ressources similaires.

Trouble du sommeil

Avant de se coucher dans un smartphone

L’insomnie peut être causée par un ordinateur, un smartphone ou une tablette. La lumière bleue émise par les écrans entraîne des troubles du sommeil. L’insomnie prolongée crée un cercle vicieux d’éveil dans lequel le système nerveux ne reçoit pas de repos pendant des jours. Si vous voulez bien dormir la nuit, refusez d’utiliser des gadgets après 21 heures..

Perte de personnalité

Les personnes qui passent trop de temps sur les réseaux sociaux ont tendance à acquérir l’instinct du troupeau. Cela se manifeste lorsqu’une personne perd la possibilité de penser de manière indépendante, préfère se concentrer sur l’opinion majoritaire et attache une grande importance aux notes et au système de notation (le nombre de likes). Un tel effet des réseaux sociaux sur une personne entraîne une diminution de la perception critique de la réalité. Une personne perd l’objectivité de ses propres jugements, qui est remplacée par une orientation vers les opinions populaires des autres utilisateurs.

Assouplissement du système nerveux

Dommages aux réseaux sociaux

Essayer de garder une trace des actions de nombreux amis oblige l’utilisateur à regarder l’écran toutes les cinq minutes. Une vigilance accrue provoque du stress et conduit rapidement à une excitabilité nerveuse. Pour décrire cette condition, un terme spécial est proposé – «syndrome de vibration fantôme». Pour les personnes qui en souffrent, il semble que le smartphone signale les messages entrants, mais cela ne se produit pas. S’il existe un problème similaire de dépendance aux réseaux sociaux, la meilleure option serait de contacter un psychologue.

Évaluer l'article
( Pas encore de notes )
Partager avec des amis
Conseils d'experts sur n'importe quel sujet
Ajouter un commentaire

En cliquant sur le bouton «Soumettre un commentaire», j'accepte le traitement des données personnelles et j'accepte la politique de confidentialité